Protais LUMBU 3, « Ma lutte pour la démocratie institutionnelle » (suite et fin, chapitres 7 et 8)

Protais LUMBU 3, « Ma lutte pour la démocratie institutionnelle » (suite et fin, chapitres 7 et 8)

2 Août, 2014

 

Protais LUMBU 3, « Ma lutte pour la démocratie institutionnelle » est un ouvrage autobiographique, dans lequel est retracé la lutte de l’auteur aux cotés de ses collègues parlementaires de la 3ème législature, 2ème République pour l’instauration des pratiques démocratiques au Zaïre monopartiste, dont le Mouvement Populaire de la Révolution (MPR) constitutionnellement l’unique institution s’était vu élevé en Parti-Etat-Nation.

Chapitre 7.   Les actes posés en faveur de mon électorat.

 

Tant pendant les sessions que pendant les vacances parlementaires j’avais eu à poser plusieurs actes en faveur de mon électorat. Je ne citerais ici que  quelques uns répartis dans les quatre paragraphes suivants :

1)     L’ouverture d’un centre d’examen d’Etat,

2)     La finalisation du dossier scolaire en vue de la création d’une sous division de l’enseignement primaire et secondaire,

3)     Ma défense auprès des autorités militaires et sécuritaires à l’occasion de la guerre de 80 jours,

4)     Ma réaction aux doléances des agents de l’Etat, des écoles et enseignants,

5)     Mes notes de protestation auprès des autorités civiles et militaires,

                        

Paragraphe 1er.  L’ouverture d’un centre d’examen d’Etat et la création d’un sous division à Kongolo,

Suite au silence gardé par le Département de l’Enseignement Primaire et Secondaire au sujet du contenu de mon rapport des vacances parlementaires de 1976, soutenu par les rapports des commissions spéciales parlementaires  tant de la sous région de Tanganika que de région du Shaba sur la nécessité de la création d’un centre d’examen d’Etat à Kongolo, je pris l’initiative d’écrire directement au Directeur Général de l’Enseignement Primaire et Secondaire la note dont la teneur ci-dessous qui, heureusement avait été renforcée par celle du Bureau du Conseil Législatif.

 

a)  Manote au Directeur Général de l’Enseignement Primaire et Secondaire (EPS).


LUMBU MALOBA NDIBA         

COMMISSAIRE DU PEUPLE                            

CIRC. TANGANIKA-SHABA                       

 Kinshasa, le 27 janvier 1978.

Concerne : Ouverture d’un centre

d’examen d’EtatA KONGOLO.

TRANSMIS COPIE  POUR INFORMATION AU :

-Citoyen Président du Bureau Permanent du Conseil Législatif

KINSHASA/GOMBE.-

 

  Au Citoyen Directeur Général au Département de l’Enseignement Primaire et Secondaire

KINSHASA/GOMBE.

 

 Citoyen Directeur Général,

Par la présente, j’aimerais mieux vous informer que Kongolo ville située à 350 km de Kalemie continue à voir ses élèves obligés de se rendre à Kalemie pour présenter les examens d’Etat.

Permettez-moi de vous signifier que cela reste la cause d’innombrables échecs que connaissent les élèves de Kongolo dépaysés à Kalemie où ils doivent faire face aux problèmes d’ordre matériel. Il y a pourtant quatre sections à Kongolo (pédagogique, scientifique, littéraire, commerciale) et deux autres à Kabalo, ville située à 75 km de Kongolo. N’est-il pas dès lors possible d’ouvrir un centre des examens d’Etat à Kongolo !

Dans l’attente d’une suite favorable, je vous prie d’agréer, Citoyen Directeur Général, l’expression de mes sentiments très révolutionnaires.

 

Sé/LUMBU MALOBA NDIBA

COMMISSAIRE DU PEUPLE

 

b)    La réaction du bureau du Conseil Législatif,

 

– La note du Président du Conseil Législatif au commissaire d’Etat à l’EPS.

Le Bureau du Conseil Législatif se rendant compte de l’importance du problème que j’avais posé, m’épaula dans ces démarches et adressa directement au Commissaire d’Etat à l’Enseignement Primaire et Secondaire la note suivante :

 

REPUBLIQUE DU ZAIRE

BUREAU PERMANENT DU CONSEIL LEGISLATIF

                                              

Kinshasa, le 14 février 1978.

N° 0227/BUR.P./C.L./78

 TRANSMIS COPIE POUR INFORMATION AU :

Citoyen Commissaire du Peuple LUMBU MALOBA NDIBA

CIRC. TANGANIKA-SHABA.-

 

  Au Citoyen Commissaire d’Etat chargé de L’Enseignement primaire et secondaire à KINSHASA/GOMBE.

 

 

Citoyen Commissaire d’Etat,

Réalisant les difficultés que rencontrent les élèves de Kongolo, lesquels sont obligés de se rendre à Kalemie pour présenter leurs examens d’Etat, le Commissaire du Peuple LUMBU MALOBA NDIBA a saisi le Directeur Général de votre département pour lui faire part de cet état de choses.

Cet important problème a retenu l’attention du Bureau du Conseil Législatif.

Voudriez-vous en conséquence me faire connaître les dispositions que votre département compte arrêter à cet effet.

Veuillez agréer, Citoyen Commissaire d’Etat, l’expression de nos sentiments patriotiques et révolutionnaires.

 

POUR LE PRESIDENT DU CONSEIL LEGISLATIF

LE DEUXIEME VICE-PRESIDENT

Sé/ISIA-AMOUNDALA

 

Commandeur de l’Ordre National du Léopard.

 

– La note du 2ème   Vice-président du Conseil Législatif me transmettant la  réponse de l’EPS.

                                           La réaction des autorités du département de l’enseignement primaire et secondaire ne se fit pas attendre. Le Bureau du Conseil Législatif tint à me tenir informé par sa note dont le contenu ci-dessous :


REPUBLIQUE DU ZAIREBUREAU PERMANENT DU CONSEIL LEGISLATIF                                        

                                         Kinshasa, le 21 juin 1977

N° 0235/BUR./C.L./SEC.P./2VP/78.

 

 

  OBJET : Transmission lettre

N°SG/DEPS/002347                                                    

 Au  Citoyen LUMBU MALOBA NDIBA  Commissaire du Peuple Palais de la Nation à  KINSHASA/GOMBE

 

Citoyen Commissaire du Peuple,

Je vous transmets, en annexe, pour information, photocopie de la lettre du Secrétaire d’Etat à l’Enseignement primaire et secondaire n° SC/DEPS/002347, m’adressée en date du 24 mai 1978.

Il s’agit de la suite à ma lettre n° 0227/BUR.P/C../78 du 14 février 1978, relative aux difficultés que rencontrent les élèves de Kongolo pour passer leurs examens d’Etat ; une copie de cette lettre vous a été réservée.

Je vous en souhaite bonne réception et vous prie d’agréer, Citoyen Commissaire du Peuple, l’expression de mes sentiments patriotiques et révolutionnaires.

 

LE DEUXIEME VICE-PRESIDENT DU

CONSEIL LEGISLATIF,

Sé/ISIA AMOUNDALA.

Commandeur de l’Ordre National du Léopard.


–  La réaction du Secrétaire d’Etat à l’EPS.

 

REPUBLIQUE DU ZAIRE

CONSEIL EXECUTIF

N° SG/DEPS/002347

DEPARTEMENT DE L’EDUCATION

NATIONALE                                           

SECRETARIAT GENERAL

 

Kinshasa, le 24 mai 1978.

CONCERNE : EXAMEN D’ETAT  DIFFICULTES DE DEPLACEMENT ELEVES DE KONGOLO POUR KALEMIE

 

 TRANSMIS COPIE POUR INFORMATION AUX :

Citoyen Deuxième Vice-Président du Conseil Législatif B.P. 3955

KINSHASA/GOMBE.-

  Au Citoyen Commissaire d’Etat à l’Enseignement Primaire et Secondaire à  KINSHASA/GOMBE

 

Citoyen Commissaire d’Etat,

Accusant réception de votre lettre n° EDN/BCE/EPS/001/571/78 du 1er mars 1978 par laquelle vous m’avez fait parvenir la lettre n° 0227/BUR.P//C.L./78 du 14 février 1978 du Deuxième Vice-Président du Conseil Législatif concernant l’objet repris en  marge, j’ai l’honneur de porter à votre connaissance que par ma lettre n° EDN/DG/EPS/80/000977/78 du 28 février dernier dont copie ci-jointe, le problème a été soumis à l’Inspection Générale de l’Enseignement Primaire et Secondaire pour étude et proposition.

Veuillez croire, Citoyen Commissaire d’Etat, à l’expression de ma franche et sincère collaboration.

 

                                                                               LE SECRETAIRE D’ETAT A L’ENSEIGNEMENT

                                                                                PRIMAIRE ET SECONDAIRE,

 

                                                                                   Sé/KOLI ELOMBE MOTUKOA.

 

 –  Mon invitation par l’Inspection Générale de l’EPS.

J’eus l’occasion d’être moi-même invité au bureau de l’Inspection Générale de l’Enseigement Primaire et Secondaire pour être entendu sur certaines précisions d’ordre technique. Il ressortait de mon entretien avec ce technicien que Kongolo était retenu comme centre d’examens d’Etat. Je fus moi-même chargé d’annoncer la nouvelle à mes électeurs.

Cependant, certains ne crurent pas et voulaient faire le St. THOMAS, raison pour laquelle les autorités de l’Institut MWAMBA, continuèrent à prendre leurs dispositions pour faire acheminer leurs élèves à Kalemie. N’eût été l’arrivée du Président du Centre d’examens d’Etat à Kongolo, un jour avant le passage du train pour Kalemie tous les finalistes seraient absents de Kongolo.

 

Paragraphe 2.  La finalisation du dossier scolaire en vue de la création d’une  sous-division à Kongolo.

Ayant constaté à l’issue du contrôle parlementaire des écoles que Kongolo avait un nombre élevé d’écoles dont certaines n’étaient pas organisées, il m’avait été demandé au secrétariat de l’enseignement primaire et secondaire de finaliser ce contrôle afin que soit créée une sous division capable de mieux suivre ces écoles. Je m’occupai plus particulièrement des écoles des réseaux non conventionnés, conventionnés Kimbanguistes et protestantes implantés dans la zone de Kongolo mais dont les directions se trouvaient en dehors de cette zone. Cela m’obligea à effectuer un voyage pour Lubumbashi via Kalemie et Kamina.

 

Mon déplacement de Kongolo à Lubumbashi via Kalemie et Kamina.

Je quittai Kongolo par train pour Kalemie où durant mon séjour je rencontrai des responsables des écoles kimbanguistes et protestantes. Je réunis certaines informations dont le ministère de l’enseignement avait besoin pour procéder notamment  à l’agréation des écoles existantes et à l’organisation effective des écoles fictives. Ainsi, l’école Nyundo et d’autres de réseau Kimbanguiste devaient être agréés pendant que les écoles Nyembo et autres du réseau protestant devaient être organisées. Le ministre MVUENDI qui était lui-même un kimbanguiste m’écouta d’une oreille attentive sur ma demande de matricule pour l’école Nyundo de Mbulula !

Avec la sous-division de l’enseignement de Kalemie, je fis l’inventaire des écoles non conventionnées se trouvant dans les zones de Kongolo, Nyunzu et Kabalo. Cela  me permit de démontrer la nécessité de la création d’une autre sous-division dans la sous-région de Tanganika en dehors de celles de Kalemie et de Manono.

Je quittai Kalemie pour Kamina à bord d’un train rapide. C’est à l’hôtel de la gare que je trouvai une chambre et ayant visité dans le passé la résidence de KASAMA Antoine, je ne tardai pas à découvrir toujours dans le même périmètre, la résidence d’Athanase.

N’ayant pas tardé à rencontrer les autorités scolaires et à enquêter sur les écoles protestantes de Kongolo sous leur direction, je passai le reste de mon temps dans les visites familiales chez Athanase et Nestor.

 

La création de la sous division de Kongolo,

Au vu de toutes les données rassemblées sur le nombre d’écoles primaires et secondaires de la zone de Kongolo, le departement de l’enseignement primaire et secondaire créa la sous-division de Kongolo qui avait dans son ressort au-delà des écoles de la zone de Kongolo, celles des zones de Kabalo et de Nyunzu. Dirigée par le citoyen ONOKOKO KINYAMBA,  cette sous division logea d’abord au rez de chaussée de l’immeuble du Commissaire Politique Nyembo Mwana Ngongo avant de  trouver refuge dans mon  immeuble en occupant toute une aile à l’étage.


Paragraphe 3. Ma défense de la population auprès des autorités militaires et sécuritaires,

 

a)    Des après la guerre de 80 jours,

Après la guerre du Shaba, des arrestations avaient été opérées en masse à Kongolo où certaines personnes influentes telles que MUYUMBA MUTEMBEZI, MUGANZA MUHEMBWA, KAYOMBO Jules, KIMBA Evariste (MALI YA BUTOTO I), MUYUMBA Dieudonné, LIPU KANYOGE, etc. étaient accusées de recruter des volontaires et de préparer l’entrée à Kongolo des gendarmes katangais. Détenues  à Kalemie pendant quelques semaines, les responsables militaires et de la Sécurité convaincus de  l’innocence des accusés avaient préféré venir les libérer officiellement à Kongolo pour apaiser le climat social qui se chauffait de jour en jour.  Cela coïncida avec mon arrivée à Kongolo.

Me présentant au bureau de Zone, je surpris les responsables et les habitants de ma présence sur les lieux ce jour même où l’événement, d’une si grande importance s’y déroulait. Parmi les accusateurs étaient cités le citoyen MWANAMPANGA, Commissaire de zone assistant, chargé des affaires politiques et le citoyen KAKUDJI, son Secrétaire et correspondant du Journal « CONTACT » du Département des Affaires Politiques à Kinshasa. Confrontés, ils n’ont pas pu démontrer la véracité de leurs informations.

Le correspondant avait en effet, adressé un article au Journal « CONTACT » dans lequel, il avait cité les  noms des accusés, soutenant, qu’ils tenaient régulièrement des réunions à Kongolo et préparaient le massacre des non HEMBA. Dans sa défense, il se réfugiait derrière l’exécution de l’ordre qu’il avait reçu de son chef direct, le Commissaire de Zone Assistant, le Citoyen MWANAMPANGA. Celui-ci, à son tour, niait d’avoir donné cet ordre. Le Commissaire de Zone Titulaire, le Citoyen MUPATSH, affirmait, quant à lui, de n’avoir pas connu  l’existence de cette affaire et qu’il était étonné d’en être informé par sa hiérarchie.

Je dînais ce jour avec les Responsables de la Sécurité et de l’Armée aux résidences respectives du Commissaire de Zone et du Major KAZADI, Commandant le 133ème Bataillon basé à Kongolo. J’eus à évoquer au cours de ces dîners, du problème de cohabitation difficile entre les militaires et les civils. J’énumérais quelques exemples connus tel que le cas du 1er Sergent MUPATWA, le militaire que j’avais trouvé à Muzyunda au mois d’août 1977  qui se mêlait même dans des problèmes d’ordre foncier s’étant institué Juge, il taxait des amendes exorbitantes, extorquait poules, canards, chèvres, moutons et tout bien de luxe. J’avais cité aussi le cas que j’avais constaté dans la collectivité de MAMBWE où les filles mineures et les femmes mariées non pas seulement étaient violées par les militaires mais aussi elles étaient forcées de devenir « porteures » même des fusils des militaires, parfois ivres.

Ces remarques acerbes n’avaient pas plu au Colonel, Commandant second du secteur, le  Citoyen SHAMBA qui, visiblement mécontent, s’énerva pendant que le responsable du C.N.D., le Citoyen PIERROT tentait de m’intimider en me disant  qu’un volumineux dossier à ma charge se trouvait au bureau Sous-Régional de la Sécurité !.

Accusé de soulever la population contre les militaires, au cours de mon dernier séjour à Kongolo et Kalemie en août passé, un ordre avait été donné pour opérer mon arrestation, mais, hélas, je m’étais bien à temps déplacé pour Kinshasa me disait il.

Je me rappelais par ces révélations de mes discussions chaleureuses avec le Commissaire de zone MUPATSH au mois d’août, alors que le trouvant dans une rue, je lui avais informé du comportement scandaleux du sergent MUPATWA et des militaires de  MAKUTANO.

Durant tout le séjour de la délégation, le Commissaire de Zone de Kongolo, outre les réceptions garnies, s’était arrangé à mobiliser le groupe choc d’animation pour chanter et danser à leur honneur.

Ayant pris le train pour me rendre à Kalemie où je devais regagner Kolwezi par  avion. Le train était bondé du monde.  Une chambre avait été réservée pour le commandant second du secteur et le chef sous-régional du C.N.D.  Je m’y introduisis. Le groupe choc animait et ces deux responsables l’admiraient par la fenêtre. Ils faisaient semblant de ne rien remarquer malgré mes appels vers eux, alors que quelqu’un de leur suite insistait pour que je quitte la chambre. Evitant le scandale  je sortis pour me mettre dans le couloir.

Ce n’est que vers Makala que j’avais vu le commandant secteur m’appeler pour me mettre au courant d’une dispute qui avait lieu dehors entre un  militaire et une femme vendeuse de charbons qui refusait aux militaires détenant pourtant de l’argent de prendre son sac de charbon. Le Colonel conclut  que c’était plutôt les civils de la sous-région du Tanganika qui rendaient la vie dure aux militaires.

« Ce cas était typique et que si les militaires  réagissaient mal vis-à-vis de cette femme, vous n’hésiterez pas à écrire dans votre rapport que la cohabitation entre les militaires et les civils était difficile et que les militaires malmenaient les civils », enchaînait-t-il. Je fis semblant de ne pas suivre le discours du colonel, bien sûr, mécontent encore de sa passivité à Kongolo lorsque son garde corps m’avait expulsé de la chambre.

 

b)  Mes notes de protestation auprès des autorités militaires.

– Ma note au  commandant de la gendarmerie

 LUMBU MALOBA NDIBA

Commissaire du Peuple

B.P. 204 – KONGOLO. 

Kongolo, le 21 juillet 1978.

 LMN/CPCT/001/78.

 

 Objet : Réclamation.

Au Citoyen Commandant de la Gendarmerie de et à  KONGOLO

 

 Citoyen Commandant,

Je viens d’apprendre qu’au niveau du camp ex-C.F.L. certains éléments de la Gendarmerie arrêtent même des citoyens complètement en ordre en partance pour les collectivités de la rive droite. Voudriez-vous chercher une solution pour remédier à de telles situations qui portent atteinte au prestige de notre pays et qui vont à l’encontre du discours du Président-Fondateur du M.P.R. du 24 juin 1978.

Dans l’attente d’une suite favorable, je vous prie d’agréer, Citoyen Commandant, l’expression de mes sentiments très révolutionnaires.

 

                                                           Me. LUMBU MALOBA NDIBA

                                                           Commissaire du Peuple

                                                           Avocat près la Cour.

 

C.I. :  – Président du Conseil Législatif

          – Commissaire de Zone de et à KONGOLO.

 

–   Ma note au commandant secteur des FAZ.

 

LUMBU MALOBA NDIBA

Commissaire du Peuple

B.P.204 – KONGOLO.- 

Kongolo, le 9 septembre 1978

 LMN/CPCT/012/78.


 TRANSMIS copie pour information aux :

– Citoyen Président du Conseil Législatif de et  à  KINSHASA/GOMBE.

– Citoyen Commissaire de Région du Shaba à LUBUMBASHI

– Citoyen Commissaire de Sous-Région du Tanganika de et à KINSHASA.-

 

 

 Objet : Réclamation contre le comportement de certains  éléments des FAZ (cas MUPATWA RASHID 1er Sergent Major PM vis-à-vis de notre population.

           

Citoyen Commandant Secteur,

Courroie de transmission entre la population et les autorités de l’exécutif, je profite de votre séjour à Kongolo pour vous informer des abus que commettent certains militaires dans nos localités.

1° De coutume, les militaires sont considérés comme les hommes forts, mais dans nos localités (ex à Makutano et à Lengwe) ce sont les paysans qui travaillent pour les militaires cantonnés ; ils leur puisent de l’eau, lavent les habits, cultivent les champs.

2° Malgré l’aide immense que notre population apporte à l’armée en ration depuis plusieurs années maintenant, certains éléments des FAZ se distinguent en pillage (cas MUPATWA RASHID, 1er Sgt PM et ANU à NUMBI, le 6 août 1978). Ils arrachent poules, canards, moutons, chèvres, habits, tout bien de luxe et même de l’argent à nos paysans et ils mettent souvent en vente à des prix dérisoires certains biens tout en obligeant notre population à les transporter sous menaces.

3° Certains éléments des F.A.Z. n’hésitent pas à se mêler à des problèmes d’ordre foncier, ils s’érigent en juges et taxent à notre population de fortes amendes.    

Nous avons déjà dénoncé à plusieurs reprises cette malheureuse situation tant aux autorités de la territoriale qu’à vos collaborateurs militaires et si nous revenons c’est parce que nous souhaitons des changements vraiment notoires.

Le meilleur encadrement des éléments sillonnant nos localités et la répression de ceux qui se comportent mal nous semblent indispensables pour une bonne cohabitation entre notre population et l’armée et de ce fait une meilleure protection de nos frontières et le respect des objectifs poursuivis par le M.P.R.

A l’attente d’une suite favorable, je vous prie d’agréer, Citoyen Commandant Secteur, l’expression de mes sentiments très révolutionnaires.

 

                                                           Me. LUMBU MALOBA NDIBA

                                                           Commissaire du Peuple

                                                           Avocat près la Cour.

 

 

Paragraphe 4.  Ma réaction aux doléances des agents de l’Etat, des  enseignants  et des pensionnes impayés.      

Ayant enregistré diverses doléances des agents impayés ou payés irrégulièrement et plus particulièrement celles des enseignants pensionnés de MBULULA, j’adressais dès mon retour à Kinshasa des notes au Président de la COPAP et au Bureau de l’Informatique de l’Enseignement primaire et secondaire.      

                     

a) Ma note au Président de COPAP

 

LUMBU MALOBA NDIBA

COMMISSAIRE DU PEUPLE

CIRC. DU TANGANIKA

B.P.16029 – KINSHASA.

Kinshasa, le 1 octobre 1978

 N° LMN/CP.CT./014/78

 

 OBJET : Transmission de dossiers des agents.

 Réclamations.             

 Au Citoyen Président de la Commission Permanente de l’Administration Publique  à  KINSHASA/GOMBE.-

 

 Citoyen Président,

 En annexe, de la présente, je vous envoie quelques dossiers de nos agents que j’ai pu récolter lors des dernières vacances parlementaires dans la zone de Kongolo, et c’est conformément au vœu que vous avez émis un jour au cours d’une séance du Conseil Législatif.

Il s’agit de dossier de Citoyens :

MASANGU BANZA, agent de bureau de 1ère classe, matricule 133.422

MBAYO BULELE NONGOLOLA, agent de bureau de 2ème classe, matricule 216.088.

KAHOZI KAVUYA, agent auxiliaire de 1ère classe, matricule 216.087.

MWEMA SIMBI wa KASONGO, agent auxiliaire de 1ère classe, matricule 216.088.

 

Je vous en souhaite bonne réception et tout en  ne m’empêchant pas de croire que vous y réserverez une suite favorable, je vous prie d’agréer, Citoyen Président, l’expression de ma profonde gratitude.      

 

                                                           Sé/LUMBU MALOBA NDIBA

                                                           COMMISSAIRE DU PEUPLE.

 

b) Ma note au Responsable de services de l’Informatique de l’éducation nationale

 

LUMBU MALOBA NDIBA

COMMISSAIRE DU PEUPLE

B.P. 16029 – KINSHASA.         

 

Kinshasa, le 1er octobre 1978

LMN/CP.CT./013/78.

 

  Objet : Réclamation des enseignants de la Zone de Kongolo.

 A Monsieur le Responsable du Service de l’Informatique de l’Education Nationale  de et à  KINSHASA.

 

Monsieur,

Par la présente j’aimerais vous informer que courroie de transmission entre les masses et les autorités de l’Exécutif, j’ai, au cours de dernières vacances parlementaires, rassemblé dans ma circonscription certaines réclamations dont je m’empresse de vous transmettre : (voir documents en annexe).

Cycle d’orientation MWAMBA de Kongolo Code 4/16314

Cycle d’orientation MUUNGANO de Mbulula Code 4/11889

Ecole primaire MAPEMA-VILLE de Kongolo Code 2/11901

Citoyenne LUMBU SANGO wa NDIBA, Lycée MWAMINI Kongolo matricule 7/430598 Code 2/12627

Citoyen MAKANDA MWANGE, Ecole primaire UMOJA I KAYANZA, matr. 7/139.271 code 2/12627

Les Enseignants pensionnés dont les noms suivent :

KALUNGA SANGWA matr. 7/137188 code 2/12627

NYEMBO KASAMBA matr. 7/137198 X code 2/12627

KATALU KIHUYA matr. 7/137202 E code 2/12627 ou 0018600

NYEMBO TULILWA matr. 7/137210 T code 2/12627 ou 18600

KAZYUMBA KABOGE matr. 7/137193 P code 2/12627  ou 0018600

KATUMBWE MUGALU matr. 7/137150 N code 2/12625

MBAYO FALUZI matr. 7/137150 N matr. Code 2/12625 ou 18608

MALAZI KINDENGA matr. 7/137154 T code 2/12625

KIBUNDA  KILONDA matr. 7/137163 L code 2/12626 ou 18600

KATUMBWE SIMUGILA matr. 7/137.169 V code 2/12626 ou 18600

LAZIRI TAMBWISHI matr. 7/135542 R code 2/12543

HASSANI SANGWA IBEMBA ITI matr. 7/136629 H code 2/125445.

Voudriez-vous dès lors apporter des solutions à leurs réclamations afin que justice leur soit faite.

Dans l’attente d’une suite favorable, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

 

                                               LE COMMISSAIRE DU PEUPLE

                                               Sé/Maître LUMBU MALOBA NDIBA.

 

Par ses lettres n°s 001410 à 1414/78 du 13 décembre 1978, le Président de la commission Permanente à l’Administration Publique faisait régulariser la situation financière des agents : MASANGU BANZA, agent de bureau de 1ère classe matr. 132.422, MWEMA SIMBI wa KASONGO, MBAYO BULELE NONGOLOLA et  KAHOZI KAVUYA.


Chapitre 8. La levée de l’immunité parlementaire,

 

             Dans ce chapitre sera examiné comment avec douze de mes collègues Commissaires du Peuple nous avions adressé une lettre ouverte au Président MOBUTU, perdu notre  immunité parlementaire et arrêtés et détenus à la cité de l’OUA. Pour cela ce chapitre sera subdivisé en quatre paragraphes suivants :

La rédaction de la lettre ouverte,

La signature de l lettre ouverte,

L’arrestation du Commissaire du Peuple NGALULA MPANDANJILA,

L’arrestation de douze autres Commissaires du Peuple signataires de la lettre ouverte,

           

Paragraphe 1er.   La rédaction de la lettre ouverte,

Tout a commencé par l’invitation me faite par le Commissaire du Peuple Ngalula Mpandanjila après une de mes interventions au cours d’un débat au Parlement au début de l’année 1980.

Ayant remarqué que mon voisin Lusanga Ngiele qui était aussi intervenu juste après moi avait été aussi invité, j’avais profité de prendre place abord de son véhicule, ce qui était devenu une habitude chaque fois que nous devions travailler avec le Doyen Ngalula d’abord à Gombe sur l’avenue du Commerce, puis à sa résidence située sur l’avenue des Oiseaux à Binza Ma Campagne. Nous servant du Manifeste de la N’sele et des textes tirés de discours du Président Mobutu comparés à la situation du moment   dans les domaines politiques, économiques et sociales, nous constations l’échec de son action et le manque de la démocratie pourtant affirmé dans les écrits.

Nous passions ainsi d’innombrables heures en train de confronter les textes. Parfois faisant semblant de dormir le doyen nous laissait discuter avec Lusanga pour ne se réveiller qu’au moment de prendre position et  rédiger le  texte à approuver.

Comparativement à ma vie estudiantine antérieure qui était encore si proche, mon appréciation sur les qualités intellectuelles de ce pionnier de l’indépendance était excellente. Il était un veritable autodidacte, un « self made man », aussi instruit qu’un detenteur de plusieurs licences de l’université ! Même quand je me rendais à l’improviste à sa résidence, il était toujours dans son bureau, prenant de temps à autre sa tasse de café ou fumant une cigarette.

Lorsque la période de finalisation de la rédaction de la lettre ouverte intervint, Monsieur Ngalula recueillait des avis des uns et des autres. Il m’avait auparavent apporté à la maison, au grand étonnement de mon grand frère Athanase qui y était en séjour en provenance de Kamina, un exemplaire du projet, auquel il m’avait demandé de mentionner une fois de plus mes observations, puis il m’invita au dîner de travail en compagnie des Commissaires du Peuple Lusanga, Makanda Mpinga et Tshisekedi, dîner après lequel avec le collègue Lusanga, nous avions exprimé nos craintes et trouver les apaisements auprès du doyen Ngalula.

Je prenais aussi part aux dîners organisés régulièrement par l’Ambassade des Etats-Unis et j’y rencontrais certains Collègues Commissaires du Peuple, tel que le Citoyen Makanda Mpinga qui m’avait remis un jour une invitation à la réception qu’allait organiser le Citoyen Tshisekedi.

J’avais trouvé à cette réception les Commissaires du Peuple MAKANDA et KIMVAYI aux côtés de l’Archevêque MALULA, Monseigneur TSHIBANGU, Monsieur l’Ambassadeur des Etats-Unis Robert O’KLEY et  son épouse et Madame HEINEMAN. Cette dernière assistait régulièrement aux séances du Parlement et me disait être impressionnée par mes interventions. Assise à ma droite et portant une grosse bague que j’avais pris pour une camera, je  n’avais pas hésité de décrire la mauvaise gestion du pays tout en soulignant que même si sa bague était une caméra, elle ne m’effrayait pas.

 

Paragraphe 2.  La signature de la lettre ouverte.

Pour recueillir les signatures, j’avais un exemplaire  de la lettre à faire lire aux collègues dont certains avaient assistés à certaines rencontres, où, avaient été  invités  sans  venir.

Personnellement, j’avais apporté ce document à mes collègues shabiens NGOY INGO et KABONGO MWAMBA avec lesquels j’avais longuement discuté et pour lesquels j’étais en vain certain qu’ils allaient passer signer cette lettre chez le doyen.

Le collègue Lusanga avec lequel nous nous trouvions régulièrement chez moi, chez lui ou chez Ngalula était venu à ma résidence pour demander qu’ensemble nous allions  signer la lettre. Il s’en suivit une longue discussion sur les différentes conséquences pouvant découler de l’acte que nous nous apprêtions à poser, la méfiance et la crainte d’être trahis, d’être emprisonné après la perte de notre mandat et pourquoi pas d’être tués et d’abandonner  nos familles dans le désarroi. D’autre part nous ne manquions pas à envisager l’ampleur de la noblesse de l’acte dans le cadre de l’intérêt général. Après quelques hésitations,   nous avions pris notre ferme décision de signer et ensemble nous nous étions rendus à la résidence du citoyen Ngalula. Il y avait déjà sur la letrre, les signatures de Ngalula, Tshisekedi, Makanda avec lesquels nous nous étions trouvés un jour au dîner, auxquels s’étaient ajoutés celles de KAPITA SHABANGI et KYUNGU-wa-ku- MWANZA.

Certains collègues remettant régulièrement le moment de s’engager et la session ayant été à sa fin,  il avait été décidé de demander audience auprès du Président-Fondateur pour lui remettre en mains propres notre lettre, ce qui intéressa d’autres collègues qui voulaient prendre part à la rencontre avec le Président Fondateur.

 

Paragraphe 3. L’arrestation de Ngalula Mpandanjila.

Le 30 décembre 1980 alors que j’étais au Parlement, je me vis avec le collègue Kapita qui me demandait si je connaissais la réponse que le Président-Fondateur avait réservée à notre demande d’audience. Ne connaissant pas la suite réservée, en compagnie des collègues  NGOY MUKENDI, KASALA et MBOMBO LONA, je pris place dans la voiture de Kapita pour aller chez Tshisekedi à la recherche des informations. Nous y trouvâmes le collègue Lusanga mais aussi le membre du Bureau Politique et du Comité Central KIBASSA MALIBA.

Après avoir  échangé quelques informations avec Tshisekedi, Kapita nous reprit dans sa voiture. Nous nous dirigeâmes à Matonge  où après avoir déposer d’autres collègues il me pria de prendre avec lui un verre de Tembo chez une de ses connaissances. Nous restâmes là-bas jusque le soir après. Au retour le collègue Kapita conduisait à toute allure. Lorsque nous arrivâmes au centre commercial de Ma campagne, au lieu de me conduire chez moi à l’avenue de la Colline, il m’invita de voir d’abord où Ngalula était arrivé avec sa mission de demander audience auprès du Chef de l’Etat. Dans son bureau,  Ngalula nous montra le Commissaire du Peuple KATANGA en nous disant que « voilà le collègue ici est venu pour signer mais malheureusement trente minutes avant, on est venu prendre la matrice et nous en sommes là avec les exemplaires qui manquent la dernière page.  Prenez-en, parce que certainement ils ne les ont pas vus ». Il nous remit à chacun 10 exemplaires. Nous quittâmes  pour ma résidence où nous nous décidâmes de rentrer chez Ngalula pour suivre la tournure de l’événement.  A peine étions-nous entrés dans son bureau, nous y vîmes pénétrer des bérets verts. L’un d’eux nous dit que personne ne pouvait y sortir.

Indigné,  je me présentai en ma qualité d’avocat et lui demandai s’il avait un mandat. Une personne habillée en civil me répondit qu’ils étaient venus chercher Ngalula. Ce dernier se mit à chercher ses cigarettes pendant qu’il lui était dit que d’autres cigarettes lui seraient remises  là où ils l’ameneraient. Maman Georgette, son épouse,  pénétra au bureau juste quand les bérets verts sortaient avec son époux sans leur permettre de s’entretenir, ce qui me révolta aussi. Le collègue Kapita me ramena une fois de plus en trombe chez moi.

 

Paragraphe 4.   L’arrestation de douze autres signataires pour complot de saint sylvestre.

 

La constitution en qualité de prisonniers de Tshisekedi, Makanda, Kanana, Kapita et Lusanga,

Le lendemain, le 31/12/1980, je ne me rendis pas au Parlement, car fleurant ce qui allait m’arriver en l’absence de mon épouse, je me décidai à mettre de l’ordre dans la maison, mais aussi de remettre dans différents milieux les exemplaires de la lettre ouverte. Enfin, je me mis à rédiger mon autobiographie pour ma progéniture.

Aux informations de midi, la radio annonça que mes collègues TSHISEKEDI, MAKANDA, KANANA et KAPITA venaient de se constituer prisonniers à la présidence de la République.

 

Protais LUMBU2

 Le soir, quelques amis ne connaissant pas encore cette affaire me rendirent visite afin que nous puissions fêter le réveillon de la nouvelle année comme nous l’avions fait à l’occasion de Noël. Un de mes voisins et frère, le Citoyen  Odéric NYEMBO, très au parfum de l’affaire, parce que de temps à autre je lui en parlais envoya des émissaires pour me persuader de ne pas boire, car il fallait que j’aie tous mes sens avec moi au moment de mon arrestation, d’autant plus qu’un de ses amis bien introduit dans les milieux de la sécurité affirmait  que LUMBU sera maltraité à cause de son langage excessif.

Le premier jour de l’an 1981, je me rendis chez Lusanga pour avoir de ses nouvelles et examiner ensemble notre position sur la tournure que venait de prendre ce problème.  Son épouse, maman Marie Nkongolo, me dit « que son mari se trouvait déjà aux arrêts depuis la veille. S’étant rendu au Parlement, il avait pris place abord de la voiture de Citoyen Ngalula qui l’avait amené au Mont-Ngaliema ». Je rentrais chez moi en m’abritant d’un lieu à un autre pour éviter d’être enlevé en cours de route. Ayant entendu la radio annoncer la constitution de Lusanga en qualité de 5ème prisonnier, je pris la décision ferme de participer le lendemain à la séance de clôture de la session parlementaire avant de me rendre moi-même au Mont-Ngaliema.

Protais LUMBU3

 

 La levée de l’immunité parlementaire,

Le 2 janvier, je me présentais au Parlement avec ma malette contenant le nécessaire pour un détenu dont : un essui-mains et une brosse à dent. Avant la séance, j’écoutais des opinions divergentes de certains Commissaires du peuple. Mon aîné KALUME me disait qu’au Mont-Ngaliema Tshisekedi et ses amis s’entraccusaient.

A l’agence de la Banque de Kinshasa où je voulais retirer mes émoluments, rien ne me fut accordé. Je ne pouvais donc rien laisser à mon épouse se trouvant dans mon Shaba natal avec nos trois très jeunes enfants dont mon bébé d’un mois, ni aux jeunes gens, Véronique, Lucie, Médard, Edmond et Séraphin  qui habitaient à ma résidence kinoise.

La séance de clôture de la session connut l’ajout d’un autre point à l’ordre du jour à savoir, la levée de l’immunité parlementaire des Commissaires du Peuple  signataires de la lettre ouverte au Président MOBUTU.

Pendant la séance, je pris contact avec le Président de la commission Parlementaire du Shaba, le citoyen KABIMBI NGOY pour lui demander d’assurer ma défense. Ce dernier au contraire me condamnait  d’avoir évolué en dehors des structures shabiennes.

Le vote de la levée de l’immunité se clôtura par l’acceptation par la majorité, quelques voix contre et quelques abstentions dont la mienne.

Je m’abstenais avec comme objectif d’avoir la parole pour m’expliquer devant l’assemblée. Evidemment, lorsque la parole me fut accordée, j’expliquai que contrairement à ce qui était dit, la lettre ouverte n’était pas des injures à l’égard du Président-Fondateur du MPR mais plutôt une analyse de la situation politique, économique et sociale de notre pays. J’affirmais que j’avais apposé ma signature  en âme et conscience et que pour l’amour de mon pays, j’acceptais toutes les conséquences dont la mort. Il se racontait qu’à cause de ma franchise j’avais blessé beaucoup d’amour propre et qu’il était question qu’on me fasse énormément souffrir en me crevant les yeux, casser les bras ou arracher les dents ! Comme Lumumba, je me présentais pour être martyrisé. Je conclus pourtant en disant « adieux, adieux mes collègues, peut être au revoir ».

La salle était très touchée. Certains collègues surtout du sexe faible laissaient  couler leurs larmes.

A la sortie de la salle, plusieurs vinrent m’encourager et pendant le cocktail le Président NZONDOMYO me dit qu’il ferait tout pour que rien de mauvais ne m’arrive et que je conserve ma  qualité de Commissaire du Peuple.

Un collègue shabien, Ngoy INGO me prit pour prendre place à bord du même véhicule que le Commissaire du Peuple Freddy MULONGO. Nous  nous dirigeâmes aux appartements de Freddy Mulongo afin que nous passions un en revue la situation. Je me mis de là, en contact téléphonique avec Lucie pour lui faire quelques recommandations de ce qu’elle devait faire à la maison. En effet, je venais d’apprendre que dans sa déposition Paul KAPITA avait déclaré que je détenais des exemplaires de la lettre ouverte. J’attendis dans cet appartement jusqu’au moment où un exemplaire de la lettre ouverte m’avait été apporté. Je pris alors place à bord d’une voiture taxi qui me déposa à la Cité de l’OUA où je fus reçu par l’Avocat général ANGELETE. Ce dernier m’entendit spécialement sur les exemplaires de la lettre ouverte que je devais lui remettre. Lui tendant un exemplaire, il affirmait que Kapita avec lequel j’avais bu la Tembo la veille, lui avait dit que j’avais retiré beaucoup d’exemplaires. Je lui répondis que Kapita n’était pas habitué à prendre la Tembo et qu’il était certainement sous l’effet de la boisson quand il avait confondu un exemplaire à plusieurs.

Le haut magistrat Angelete me demanda  de rentrer chez moi reprendre les exemplaires qui s’y trouvaient encore et me représenter le lendemain matin.

Tard dans la nuit, les épouses de Lusanga vinrent me voir et me demandèrent avec ironie comment étais-je encore chez moi à la maison au lieu d’être avec mon ami Lusanga, à qui j’étais allé remettre le document à signer ! Je rassemblai toutes mes forces pour leur dire que je revenais de la Cité de l’OUA  et que le lendemain matin j’y retournerais. Le lendemain je fus confronté à Kapita qui, heureusement, ne me contredit pas sur le nombre d’exemplaires que je déclarais avoir emporté.

Il me fut encore demandé de renter chez moi pour revenir le lendemain et cela d’une manière régulière. Je me présentai  tôt le matin pour être autorisé à regagner ma résidence tard la nuit. J’étais exposé à tous les dangers dans les parages de la Cité de l’OUA.

Une nuit, un haut magistrat m’avait  prit dans sa voiture sur la route pour me laisser à Kintambo à l’entrée de l’avenue de Ma Campagne.

Le 6 janvier 1981, à mon retour à la maison, je trouvai mon épouse qui venait de rejoindre Kinshasa avec dans ses bras, notre bébé Lumbu Tagamanga Pitshou qui avait à peine un mois seulement. Je m’entretins avec elle sur ce problème grave qui venait d’arriver et remis l’avenir de la famille dans les mains de DIEU.

 

c)  Mon internement à la Cité de L’O.U.A.

Retourné à l’O.U.A., le 7 janvier 1981, je fus interné dans une chambre de la villa n° 29 et appris que le Président MOBUTU venait de signer le texte voté par les parlementaires au sujet de la levée de l’immunité des 13 parlementaires signataires de la lettree ouverte au Président Mobutu.

Mes autres collègues signataires qui ne s’étaient pas encore présentés à la Justice  avaient été arrêtés et internés  aussi à la cité de l’OUA à partir de ce jour. Je reconnaissais de loin dans une chambre en face de la mienne, le collègue KASALA et j’étais étonné de constater que le collaborateur du collègue Tshisekedi, le citoyen BELENGANAY et son fils étaient aussi en détention.

 

Le contenu de la lettre ouverte se trouve en annexe.


ANNEXE :

 

LETTRE OUVERTE AU CITOYEN PRESIDENT-FONDATEUR DU MOUVEMENT POPULAIRE DE LA REVOLUTION, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PAR UN GROUPE DE PARLEMENTAIRES

 

Kinshasa, le 1er novembre 1980.

Celui qui a la conscience d’avoir mérité de son  pays et surtout de lui être encore utile, celu  que ne rassasie pas une vaine célébrité et qui dédaigne les succès d’un jour pour une  véritable gloire, celui qui veut dire la vérité,  qui veut faire le bien public indépendamment  des mobiles mouvants de l’opinion populaire, cet homme porte  en lui la récompense de ses services, le charme de ses peines et le prix de  ses dangers ; il ne doit attendre sa moisson destinée de son nom que du temps, ce juge incorruptible qui fait justice à tous.

                                                  

MIRABEAU

 

Citoyen Président-Fondateur,

 Dans votre discours du premier juillet 1977 à la Cité du Parti à N’SELE, après avoir constaté que la voix du peuple était souvent étouffée, et qu’elle risquait de se faire entendre trop tard, vous ajoutez ceci :

             « LE MOUVEMENT POPULAIRE DE LA REVOLUTION EST UN PARTI DEMOCRATIQUE ET NON UN PARTI DICTATORIAL. LE PEUPLE ZAIROIS DOIT AUSSI AVOIR L’OCCASION D’EMETTRE DES CRITIQUES CONSTRUCTIVES ; CAR, A MON SENS, TOUTE CRITIQUE OBJECTIVE FAIT PARTIE DE L’EXERCICE DE LA DEMOCRATIE. UNE CRITIQUE NE DEVIENT SUBVERSIVE QUE QUAND ELLE EST CLANDESTINE, SOURNOISE ET DESTRUCTIVE»

 Pour la première fois, permettez-nous de faire usage de cette liberté démocratique que Vous avez publiquement reconnue. Et permettez-nous d‘en user en nous adressant directement à Vous-même. Les problèmes soulevés ici ayant un caractère public, nous avons jugé bon de donner à la présente la diffusion qu’elle mérite.

 

Citoyen Président-Fondateur,

Les réflexions qui suivent ne sont ni satire, ni procès. Elles sont tout simplement le résultat de nos préoccupations quotidiennes, des interrogations qui découlent tout naturellement de la confrontation de notre réalité d’aujourd’hui avec nos déclarations publiques.

A commencer par votre profession de foi du 24 novembre 1965 et votre discours-progamme du 12 décembre 1965, en passant par le Manifeste de la N’Sele et par toutes les déclarations qui sont venues compléter ces principes de base.

Vu sous ce rapport, nous préférons opter pour un langage militant, c’est-à-dire dépouillé de toute hypocrisie et de toute flatterie.

 

Citoyen Président-Fondateur,

Le 24 novembre 1965, par un coup d’Etat, Vous preniez la grave décision d’assumer personnellement la magistrature suprême de notre pays. Les justifications fournies à cette occasion, dans la mesure où elles n’ôtaient pas au peuple son rôle primordial nous ont convaincu de votre sens patriotique et de votre désir de conduire notre jeune et grande Nation vers le bonheur et la prospérité.

Le 12 décembre 1965 notamment, devant la Nation représentée au Stade du 20 mai, vous avez prononcé un sévère réquisitoire, suivi d’une analyse critique de la situation politique, économique, financière et sociale. Vos paroles  n’ont pu qu’émouvoir les cœurs sensibles et vous ont valu la confiance et l’enthousiasme d’un peuple fraîchement libéré d’une longue domination coloniale. Une nouvelle page d’histoire était tournée. De nouveaux espoirs légitimes naissaient.

Depuis lors, quinze ans se sont écoulés.

Tout au long de votre règne, Vous n’avez cessé de nous répéter que « les problèmes du Zaïre, le sort du Zaïre doivent être réglés entre nous, au Zaïre, et non point à l’étranger ».

Nous sommes de ceux qui attachent de l’importance à la nécessité de voir les problèmes zaïrois résolus par les Zaïrois. C’est pourquoi nous avons choisi de rester dans le pays et, chaque fois que l’occasion nous en a été donnée, nous n’avons pas manqué d’apporter notre franche et loyale contribution à son édification.

Cette option n’est pas synonyme de résignation. Elle trouve son fondement dans l’amour, dans le profond attachement à notre pays et dans l’adhésion au modèle de société que le Manifeste de la N’Sele propose à notre peuple.

 

Citoyen Président-Fondateur,

Si, au terme de ces quinze ans d’un pouvoir que Vous avez exercé sans partage, nous avons connu des périodes de prospérité (entre les années 1967 et 1970), ce dont nous Vous félicitons, nous devons cependant reconnaître que, depuis lors, la situation du Zaïre est devenue de plus en plus préoccupante sur tous les plans. Déjà en 1977, ne disiez-Vous pas vous-même ave raison :

« L’ETAT ACTUEL DE NOTRE SOCIETE EST DES PLUS PREOCCUPANTE ET CHAQUE SECTEUR DE LA VIE NATIONALE SE TROUVE DANS UN ETAT CRITIQUE QU’IL SERAIT VAIN D’IGNORER »

Et vous posiez le diagnostic en précisant que le « Mal Zaïrois n’est pas d’ordre économique ou administratif. Il est essentiellement d’ordre politique et moral ». En d’autres termes, il y a une crise profonde de confiance tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. A l’intérieur, les populations boudent manifestement  le Parti et paraissent blasées par la multitude de slogans qui se contredisent et ne se traduisent jamais dans la réalité quotidienne. Sur le plan international, et à en croire les échos qui nous parviennent, le Zaïre a perdu toute crédibilité et ses dirigeants sont considérés comme les plus mauvais gestionnaires qui soient.

En rapport avec la gravité de la situation, vous avez préconisé des remèdes, à caractère politique essentiellement entre autre : « la mise en pratique effective de toutes les libertés : la liberté d’opinion, c’est-à-dire le droit pour les gouvernés d’émettre des critiques constructives à l’égard des gouvernants ».

Il s’en est suivi des réformes politiques et économiques qui se voulaient prudentes et progressives. Si les réformes politiques ont connu un délai d’exécution avec l’organisation des élections législatives de 1977, donnant naissance à un Conseil législatif dont l’action a redoré le blason du Zaïre, il n’en va pas de même des réformes économiques.

 Alors que nous nous attendions à ce que ces réformes politiques soient suivies de réformes économiques, alors que la Nation souhaitait vivement de voir se poursuivre l’action du Conseil Législatif, et de voir renforcer ses pouvoirs, votre discours du 4 février 1980, de même que les menaces proférées à maintes reprises à l’endroit des parlementaires, sont venus arreêter l’élan et l’enthousiasme des Commissaires du Peuple qui, plus que d’autres cadres du Parti, passent pour les plus crédibles des masses et de l’opinion internationale.

Nous avons parlé des réformes économiques. Elles sont restées plutôt des vœux pieux. Pourtant, n’aviez-Vous pas, le Premier, reconnu que « le système économique Zaïrois est trop centralisé.

Le pouvoir central se réserve souvent le droit exclusif d’opérer certaines prestations financières, commerciales ou administratives. C’est pourquoi, ajoutez-Vous, nous allons opérer une décentralisation de notre économie : décentralisation au niveau de la territoriale (Région, Sous-Région, Zones et Collectivités locales) et décentralisation au niveau de la gestion ».

Plus tard, Vous déclariez que « les trois quarts de la masse monétaire du pays sont concentrés à Kinshasa : l’essence, les produits alimentaires, pharmaceutiques, et autres importés de l’étranger, demeurent à Kinshasa alors que les devises pour leur importation proviennent en quasi-totalité de la sueur des populations industrielles  et agricoles de l’intérieur du pays ».

Et Vous concluiez avec raison : « Dès lors, l’on peut comprendre en partie l’échec de tous nos programmes de relance agricole et développement du pays »

Et Vous ajoutiez encore ceci : « Avec la nouvelle équipe ministérielle issue desdites réformes, je tiens à sortir notre pays de la crise économique. Pour y parvenir, nous devons avant tout nous atteler au développement rural ».

Depuis lors, plusieurs équipes ministérielles se sont succédé au Conseil Exécutif et l’on attend toujours les premeirs signes de la perspective de fin de crise. Le secret résidait-il dans la réforme ou dans la permutation des hommes ? L’expérience prouve aujourd’hui que le problème est plutôt ailleurs.

C’est dans le système, c’est-à-dire dans la conception des structures politiques qu’il faut, croyons-nous, le rechercher. La crise est structurelle. Il ne s’agit pas d’une crise d’hommes, de cadres comme Vous ne cessez de le répéter. Dans les structures du MPR, même les cadres les plus expérimentés doivent être incompétents. A la Banque du Zaïre, M. Bloomenthal, expert de renommée internationale, ne s’est-il pas révélé incompétent ?

Sans doute considériez-vous le Plan Mobutu comme fer de lance pour sous-tendre la relance économique et assainir les finances publiques. Bien qu’il soit malaisé de le clamer tout haut, l’opinion publique, alimentée par radio-trottoir, est actuellement convaincue que notre beau plan est un mort-né. Il n’est plus qu’un souvenir douloureux à inscrire dans l’histoire, la triste histoire, d’autres beaux plans chimériques qui ont déçu les espoirs.

Mais, n’anticipons pas. Pour mieux comprendre notre démarche, qui est en même temps un cri d’alarme, nous allons procéder étapes par étapes en partant de la Proclamation du Haut-Commandement jusqu’aux récentes réformes annoncées par le Bureau Politique, et en examinant chaque domaine, pour mieux apprécier les résultats obtenus.

 

1.1. Domaine Politique

Le 24 novembre 1965, Vous disiez de l’ancien Régime : « si la situation militaire était satisfaisante, la faillite était complète dans le domaine politique. Les dirigeants politiques se sont cantonnés dans une lutte stérile pour accéder au pouvoir sans aucune considération pour le bien-être des citoyens de ce pays ».

Dans votre Discours-Programme du 12 décembre 1965 au Stade du 20 mai, vous ajoutiez, parlant toujours des politiciens du Régime Kasa-Vubu – Lumumba :

            « Rien ne comptait pour eux si ce n’était le pouvoir … et ce que l’exercice du pouvoir pouvait leur apporter. De rremplir les poches, exploiter le Congo et les Congolais, voilà ce qu’était leur devise … A tous les échelons, nombre de ceux qui dans notre pays avaient une parcelle du pouvoir public se laissaient corrompre, avantageaient les personnes ou les Sociétés qui leur payaient des pots-de-vin et négligeaient les autres. Leur activité professionnelle n’était plus inspirée par l’intérêt national ou provincial, mais uniquement par leur intérêt propre. Je viens de vous démontrer que nous étions menacés de l’intérieur. Nous l’étions tout autant de l’extérieur. Certains politiciens, pour se maintenir ou pour reprendre le pouvoir, n’ont pas hésité à faire appel à des puissances étrangères. Ils se sont déclarés prêts à vendre le pays et le peuple Congolais à la condition expresse qu’ils soient aidés à se maintenir ou à reprendre le pouvoir. Pour satisfaire leurs ambitions, ils étaient sur le point de sacrifier notre indépendance, notre souveraineté et, notre bonheur de peuple libre ».

Avec l’avénement du MPR en 1967, et toujours sur le plan politique, voici le modèle de société que le Manifeste de la N’Sele nous promettait :

restauration de l’autorité de l’Etat et son prestige international,

le respect des libertés démocratiques,

la participation active directe ou indirecte du chacun à la discussion publique des problèmes de la vie commune,

la confrontation permanente des intérêts, des besoins, des nécessités économiques ou politiques,

libérer les Zaïrois et les Zaïroises de toutes servitudes et assurer leur progrès en édifiant une République vraiment sociale et vraiment démocratique.

la Révolution ne se fera pas par l’écrasement de l’individu,

la liberté humaine est au centre des préoccupations du MPR,

suppression des oppressions politiques,

réaffirmation des grandes libertés traditionnelles : liberté d’opinion, liberté de presse, liberté de conscience,

le citoyen doit être respecté dans sa liberté qui lui rend la force de son dévouement,

le MPR respectera les libertés fondamentales et facilitera leur exercice.

Depuis lors treize ans se sont écoulés. Qu’avons-nous vécu ?

Que vivons-nous aujourd’hui ?

Tout en se voulant un PARTI démocratique, le premier acte posé par le MPR fut de méconnaïtre au peuple des droits naturels les plus élémentaires : le libre choix. Le MPR est un parti qui recrute ses membres par la force. Un de ses slogans de base traduit ce caractère coercitif : « Que vous le vouliez ou non, vous êtes du MPR » (Olinga olinga te, ozali MPR).

Et cette première entorse à la liberté a hélas été institutionalisée. Pourtant la liberté est le bien le plus cher à l’homme, un don naturel qu’aucun chef temporel n’a le droit de s’approprier, qu’aucun peuple n’a le droit d’aliéner.

John Milton n’écrit-il pas :

 « Notre liberté ne nous vient pas d’un César. Elle est une bénédiction reçue de Dieu lui-même. Nous l’avons reçue en naissant. Mettre cette liberté aux pieds d’un César, alors qu’elle ne nous vient pas de lui, que nous ne lui en devons aucune reconnaissance, serait un acte indigne de nous, qui dégraderait notre nature elle-même ».

Dans votre Régime, Citoyen Président-Fondateur, la presse est étatissée. De nombreuses démarches tendant à obtenir sa libéralisation se buttent toujours contre une fin de non recevoir. La presse étrangère qui entre dans le pays est censurée. Cependant, cette censure est loin d’être efficace puisque, en fin de compte, les services de la sécurité qui saisissent les journaux ou revues critiquant le Zaïre (ou donnant des informations exactes mais gênantes pour le pouvoir), finissent par les vendre à un prix d’or. Ceux qui les acquièrent en assurent une large diffusion par des photocopies. Et le peuple d’ironiser en disant que le « rideau de bambou » érigé par le pouvoir n’est pas aussi insonore que le « rideau de fer » dans les pays communistes. De cette situation est né un phénomène propre au Zaïre : la radio-troittoir. Vous avez reconnu vous-même sa puissance par rapport à la voix du Zaïre. La clandestinité s’y mêle par la prolifération des tracts.

Il s’ensuit une sous-information générale, des déformations fréquentes ou même tout simplement des inventions qui, souvent, nuisent à la crédibilité du Régime. Comment dès lors concilier cette situation avec le prescrit du Manifeste de la N’Sele, d’une part, et vos déclarations fracassantes et constantes selon lesquelles « le peuple Zaïrois dont la maturité n’est plus à mettre en doute doit pouvoir s’exprimer en toute liberté et toute légitimité ».

 

Citoyen Président-Fondateur,

Sur les thèmes liberté et démocratie, Vous avez dit beaucoup de bonnes choses. Des choses qui en soi sont justes, et qui permettent de croire que vous pouvez vous conformer à votre profession de foi du 24 novembre 1965 et au Manifeste de la N’Sele. Vous tenez à vous faire admettre comme un Chef démocratique et non despotique. Mais entre le discours et l’action, la marge est malheureusement trop grande, hélas ! C’est pourquoi, permettez-nous de soumettre à votre méditation, Vous qui êtes le Premier Responsable de notre devenir,les réflexions suivantes :

  « La tolérance à l’égard des différentes opinions politiques constitue le seul moyen d’éviter une révolte violente et la seule façon de réaliser une unité nationale réelle et durable. S’il existait effectivement des risques dus à l’expression d’opinions dangereuses ou déloyales, leur importance est bien moindre que celle des risques dus au silence imposé par la crainte ».

La liberté de la parole et la liberté de la presse constituent ce que l’on pourrait appeler le moteur du processus démocratique. Sans la liberté de discuter, de critiquer, de différer d’opinions, d’encourager une modification dans la politique officielle, la démocratie aurait bien du mal à fonctionner ».

 

Citoyen Président-Fondateur,

Vous savez que des milliers, des centaines de milliers de nos compatriotes, civils ou militaires, ont, dans la lutte pour l’indépendance, payé de leur vie pour le triomphe de la démocratie et de la liberté. Nous pensons que nous n’avons pas le droit de trahir leur mémoire. Et à ce sujet, nous voulons encore soumettre à votre méditation cette autre réflexion, curieusement proche de votre authenticité :

  « Il faut que le respect des morts soit un culte, et qu’on croie que les martyrs de la liberté sont les génies tutélaires du peuple, et que l’immortalité attent ceux qui les imitent ».

 

 1.2. La Démocratie Zaïroise et les Droits des Minorités

Il est une chose sur laquelle tous les Zaïrois, peu importe leurs opinions politiques, sont incontestablement d’accord : c’est l’unité du pays dans ses frontières au 30 juin 1960. Mieux que tout autre propos, nous proposons à votre réflexion la pensée suivante :

 « L’unité nationale ne vient pas de l’uniformité. Elle naït dès qu’on résoud les querelles en appelant tous les citoyens à l’élaboration d’une politique publique, et en donnant à chacun la possibilité de se faire entendre et de faire admettre, s’il le peut, son opinion ».

 

Citoyen Président-Fondateur,

En politicien chevronné, Vous savez certainement qu’il est impensable que les 25 millions de Zaïrois soient tous militants du MPR par conviction. L’obligation qui est faite d’être déjà à la naissance, membre du MPR, qu’ils le veuillent ou non les font naître des esclaves et non des hommes libres. C’est déjà contre la volonté divine. Et c’est une violation du Manifeste de la N’Sele en même temps qu’une contradiction flagrante avec toutes vos déclarations constantes tant sur la démocratie que sur la liberté.

Or, nous pouvons Vous assurer qu’une portion non négligeable de notre population ne communie pas au MPR et à son droit. Et nous doutons fort que tous vos collaborateurs, compte tenu de la façon dont vous les recrutez, soient tous plus convaincus que d’autres.

Par ailleurs, si Vous avez la conviction que la majorité des Zaïrois est acquise au MPR, ce que nous Vous concédons, autant alors gouverner avec la majorité et accepter de reconnaître à la minorité le droit d’exister, d’exprimer librement ses opinions, et, surtout, le droit de jouir en toutes circonstances de la protection de l’Etat. Et vous serez conforme à l’idéal démocratique dont Vous ne cessez de Vous réclamer. Tant que tel ne sera pas le cas, tous vos efforts resteront vains et la paix au Zaïre ne sera pas une véritable paix des cœurs.

Les bons conseillers ne sont pas toujours les bons payeurs. Ceux qui contrecarrant vos désirs d’aller plus en avant dans la démocratisation effective de nos institutions, et qui par le fait même font étouffer la voix non seulement de la minorité, mais de l’ensemble du peuple Zaïrois, auront des comptes à rendre à la Nation. Ils ne défendent que leurs privilèges et ce que leur apportent vos grâces.

Autrefois, Vous aviez dit qu’un seul homme ne savait pas tout voir. Aujourd’hui encore, les mass media continuent à clamer, non sans scrupules que « le Président-Fondateur n’est pas un magicien.

Seul, il ne peut rien … » Vous sentez en effet, que l’appui du peuple n’y est pas. Et cet appui ne Vous sera jamais acquis tant que vous tiendrez à être « HOMME SEUL », à considérer les Zaïrois comme des moutons de panurge, et tant que vous continuerez à penser qu’après les colonisateurs belges, et bien plus qu’eux, vous pouvez réussir à faire la joie et le bonheur du peuple malgré lui.

En effet, le peuple Zaïrois qui a payé cher le prix de la liberté et de la démocratie demeure profondément attaché à l’idée de son pays géré par des institutions démocratiques. Et Saint-Just écrivait à ce sujet, pour votre mémoire :

 « Les institutions sont la garantie du Gouvernement d’un peuple libre contre la corruption des mœurs, et la garantie du peuple et du citoyen contre la corruption du Gouvernement

Les institutions ont pour objet de mettre dans le citoyen et dans les enfants même, une résistance légale et facile à l’injustice ; de forcer les magistrats et la jeunesse à la vertu ; de donner le courage et la frugalité aux hommes ; de les rendre justes et sensibles ; de les lier par des rapports généreux ; de mettre l’intérêt public à la place de tous les autres intérêts ; d’étouffer les passions criminelles ; de rendre la nature et l’innocence la passion de tous les cœurs, et de former une patrie.

Les institutions sont la garantie de la liberté publique ; elles moralisent le Gouvernement et l’Etat-civil ; elles répriment les jalousies, qui produisent les fonctions ; elles établissent la distinction délicate de la vérité, de l’hypocrisie, de l’innocence et du crime ; elles associent le règne de la justice.

Sans institutions, la force d’une République repose ou sur le mérite des fragiles mortels, ou sur des moyens précaires.

Les institutions ont pour objet d’établir de fait toutes les garanties sociales et individuelles, pour éviter les discussions et les violences ; de substituer l’ascendant des mœurs à l’ascendant des hommes ».

Dire aujourd’hui et proclamer à la face du monde que cette conception de l’Etat et de ces institutions n’est pas réalisable au Zaïre, c’est prêcher la théorie de la différence de nature, c’est manifestement emboîter le pas aux réactionnaires du beau vieux temps colonial qui soutenaient l’incapacité des Noirs d’assimiler, par exemple, les mathématiques ou les sciences abstraites.

Bien plus, cette thèse, que Vous avez défendue en Belgique, est aussi une autre violation du Manifeste de la N’Sele et, permettez-nous de le dire tout haut, un acte flagrant de déviationnisme condamné du reste par notre Constitution. Oui, vous nous direz que Vous étiez encore au-dessus de la Constitution.

 

1.3. Le Mobutisme face à l’Etat de Droit

Le Mobutisme signifie ; les paroles, la pensée et les enseignements du Guide. C’est la doctrine du Parti.

Jusqu’à présent encore, Vous laissez persister l’idée selon laquelle les paroles du Guide ont force de loi. La preuve en est qu’après votre discours du 4 février au Palais du Peuple, Vous avez amené le CONSEIL LEGISLATIF à valider les pouvoirs des suppléants des Commissaires du Peuple que Vous aviez appelé à d’autres fonctions mais uniquement sur base de votre discours susmentionné, au mépris de la Loi. Et pourtant, le même jour et dans le discours, Vous disiez que Vous Vous soumettiez aux Lois de votre pays.  Cette conception de la doctrine du Parti expose le Mobutisme à beaucoup de critiques.

Si, comme Vous l’affirmez souvent, ce sont les cadres qui sont cause de ces contadictions – ce dont nous doutons – est-ce difficile pour Vous d’y voir la flatterie, la courtisanerie et la démagogie ? A supposer que votre thèse soit vraie, faut-il alors penser que les cadres mentent quand, à leur tour et en privé, ils soutiennent qu’ils n’y sont pour rien, qu’ils exécutent la volonté souveraine du Guide, lequel est hostile à tout raisonnement, à toute contradiction fut-elle défendable et conforme à l’intérêt supérieur du pays ? Vouloir insister, affirment-ils, c’est se mettre immédiatement dans la disgrâce et l’on sait ce que cela coûte !

 

Citoyen Président-Fondateur,

            Il vous arrive d’improviser en public, souvent brillamment d’ailleurs. Mais en votre qualité de politicien, Vous êtes obligé de tenir compte de la psychologie de la foule selon que Vous voulez enlever l’enthousiasme de la foule, vous ne résistez pas à la démagogie dont la tentation est forte en ces circonstances ? Vous pouvez aussi commettre des lapsus linguae et cela est déjà arrivé. Comment comprendre que ces propos puissent tous constituer l’arsenal de la doctrine du Parti sans aucun discernement ? Comment voulez-vous que tout ce que Vous dites ait la force de loi ?

Par ailleurs, il est inadmissible que Vous continuez à modifier par des discours les lois et la Constitution. Terrorisés, les organes subordonnés n’ont plus de choix et sont obligés de reconnaître une force de loi aux propos du Président même s’ils lèsent l’intérêt général. Et ces propos sont applicables avant la modification des textes légaux. Et l’on se donne conscience en disant que la Révolution marche plus vite que la modification des textes. »

Cette conception des choses débouche sur l’arbitraire. Et tant qu’elle persistera, l’Etat de droit prôné par le MPR ne sera pas pour demain. En outre, la confiance et la crédibilité dont le pays à  tant besoin, à l’intérieur comme à l’extérieur, pour réunir les moyens nécessaires à son développement, demeureront hypothétiques.

 

1.4.  Justice et sécurité

Nous préférons mentionner, parce que plus éloquent que tout autre propos, votre propre constat fait après 12 ans de pouvoir sans partage :

 « Il est inadmissible que l’étranger ou le citoyen Zaïrois qui voit surgir l’ombre du magistrat ou du gendarme, se sente terrorisé plutôt que de se sentir sécurisé. Et trop souvent, bien des injustices sont commises à l’endroit des innocents tandis que les véritables coupables courent les rues librement et orgueilleusement ».

Et cette situation perdure. Les décisions de justice condamnant l’Etat ou les organismes étatiques en réparation des préjudices causés aux particuliers, ne sont pas exécutées. Est-ce une bonne administration de la justice ? L’Etat n’est-il pas soumis à la règle de morale et de droit comme l’est tout individu ? Sinon, qui alors doit donner le bon exemple ?

Depuis tout un temps, aussi, sur le plan international, et sans raison, le Zaïre est sur la liste des pays qui ne respectent pas les droits de l’homme. On nous reproche des jugements fantaisistes, le non-respect des procédures, la violation des droits des tiers, les atteintes à l’intégrité corporelles, les arrestations arbitraires, les conditions de détention inhumaines, et nous passons.

 

1.5. De la Corruption

C’est un des griefs que Vous aviez formulé contre les dirigeants de la première République. Et qui, sans doute, avait plus pesé dans la balance pour justifier le coup d’Etat du 24 novembre 1965.

Nous ne cherchons pas à blanchir ces dirigeants politiques. Ils ont certainement leurs torts que les historiens ne manqueront pas de relever un jour. Tout ce dont nous nous souvenons est que l’opposition à l’époque était si vigilante et si intransigeante qu’elle ne se contentait pas seulement de dénoncer, mais infligeait aussi des motions de censure de sorte qu’on pouvait considérer qu’une certaine moralité publique était sauvegardée.

Aujourd’hui, par contre, le moins que l’on puisse dire est que la corruption, la concussion, l’avidité, la cupidité et les détournements des deneirs publics ont atteint leur point culminant. On pourrait même dire qu’ils sont institutionnalisés. Jamais le pays n’a été aussi pillé et le peuple aussi exploité. De temps en temps, la presse étrangère, scandalisée, fini par donner de détails troublants. En dépit des secrets bancaires et de la censure de la presse, le commun des mortels sait que les actuels dirigeants politiques comptent parmi les plus grands riches du monde. Cette presse révèle que si les dirigeants   Zaïrois   pouvaient   seulement rapatrier le quart de leurs fabuleuses richesses, les dettes extérieures du Zaïre et le déficit budgétaire seraient immédiatement résorbés

 

1.6. Le Pouvoir à Vie.

Un autre reproche formulé contre les dirigeants politiques de la première République, et qui avait pesé dans la balance de la décision du coup d’Etat, était que :

 « Certains politiciens, pour se maintenir au pouvoir, n’ont pas hésité à faire appel à des puissances étrangères. Ils se sont déclarés prêts à vendre le pays et le peuple congolais à la condition expresse qu’ils soient aidés à se maintenir ou à reprendre le pouvoir. Pour satisfaire leurs ambitions, ils étaient sur le point de sacrifier notre souveraineté et notre bonheur de peuple libre. »

C’était selon Vous « une double menace contre le pays, menace intérieure ».

Douze ans plus tard, Vous leviez l’équivoque en précisant :

 « d’aucuns auraient compris que je suis devenu par là, Président à vie. Moi qui prêche la démocratie, je dois être le premier à m’y soumettre »

Restant  dans la même logique, Vous insistez sur ce point en déclarant :

 « Primo, je voudrais surtout lever toute équivoque. Je ne veux pas aller à l’encontre de la volonté du peuple. Il peut éventuellement me retirer sa confiance. Secundo, je pense qu’il est important pour un responsable politique de savoir  qu’il a un mandat et que ce mandat a un terme ».

 

Citoyen Président-Fondateur,

Nous notons, venant de Vous-même que non seulement Vous êtes démocrate mais que le peuple, attaché à la démocratie, est opposé à toute conception de Présidence à vie.

Ces prémisses étant posées, Vous devriez en tirer toutes les conséquences et conformer vos actes à la philosophie du MPR telle qu’elle se dégage du Manifeste de la N’Sele. Institutionaliser le MPR et en faire l’institution unique en reléguant les institutions classiques et démocratiques du pays au rang des organes qui lui sont subordonnés, ne constitue-t-il pas une déviation par rapport à la philosophie du Manifeste de la N’Sele et une négation de la volonté du peuple ?

Quand nous examinons la structure actuelle du MPR, il est honnêtement    impossible    de   ne pas  Vous attribuer l’envie d’une Présidence à vie ou à tout le moins, celle d’un genre de pouvoir héréditaire.

Prenons seulement votre statut personnel. Tantöt, Vous êtes au-dessus de la Constitution, et par ricochet, Maïtre absolu disposant des pouvoirs illimités de faire et défaire les institutions et les hommes, tantôt vous renoncez à ces pleins pouvoirs pour Vous soumettre à la Constitution mais en conservant toutefois la présidence du MPR, du Congrès, du Bureau Politique, du Conseil Exécutif, du Conseil Judiciaire et, par délégation, celle du Conseil Législatif. Avec tout cela, êtes-vous toujours démocrate ?

Avec la récente restructuration du MPR, et reprenant de la main droite ce qu’il a été cédé de la main gauche, VOUS devenez « HOMME ORGANE », mieux « Organe Centrale des décisions », donc au-dessus de tous les autres organes du Parti avec les pouvoirs de décision qui sont certainement plus étendus, – voire plus dangereux – du fait de la primauté du Parti sur l’Etat. Ceux des pouvoirs, et nous nous demandons lesquels, que Vous avez estimé ne pas pouvoir exercer directement, Vous les avez cédés au Comité Central. Mais le Président du Comité Central, c’est Vous-même. Les membres composant ce Comité et dont l’une des attributions est de désigner le Candidat Président de la République, sont nommés et révoqués par Vous. Avant d’entrer en fonction, ils sont tenus de prêter un serment de fidélité non pas au Parti, non pas à la Constitution, mais à votre Auguste personne.

Au sein de ce Comité Central, Vous avez institué une Commission de Discipline dont Vous serez certainement le Président, ou, à tout le moins, où Vous serez représenté comme tel par un homme de main. Cette Commission nous fait penser à une espèce d’épée de Damoclès sur la tête de tous les cadres, à tous les niveaux, dont la fidélité au Guide serait jugée douteuse. Mais, en fonction de quel règlement connu sanctionnerait-on les cadres sans verser dans la violation des libertés et dans l’arbitraire ?

A l’étage immédiatement inférieur, c’est le comité Exécutif avec son impressionnant appareillage des Secrétaires Généraux, nationaux, régionaux, sous-régionaux, de zones, de collectivités, de localités, de cellule. Exactement la remise en force d’une structure qui s’était révélé inefficace, confusionniste, et inutilement budgétivore que Vous aviez supprimé le 4 février dernier. Vient ensuite le Bureau Politique dont les nouveaux pouvoirs consistent à Vous assister de manière permanente dans la gestion courante du pays et du Parti et aussi à veiller à l’exécution des décisions prises par tous les organes du Parti et de l’Etat. Les  membres du Bureau Politique, nouvelle formule, ne seront plus, en partie, élus au suffrage universel ; ils seront tous nommés et révoqués par Vous. Bien entendu, ils n’échappent pas au serment de fidélité à votre Auguste personne. Il en va de même des Gouverneurs, des Commissaires de Région,     des    Commissaires Sous-Régionaux, et ainsi de suite jusqu’à la Cellule. C’est  donc ce   bataillon   de  cadres,   avec  leurs administrations   respectives,   sans    oublier    les brigades    d’anima-

tion et …de masses que la JMPR aura à encadrer, qui constitueront désormais ce que, au Zaïre, on va considérer comme « forces vives de la Nation » . Et ce sont ces forces vives de la Nation qui constitueront chaque fois la grosse majorité des membres des Congrès du MPR où se prennent les décisions d’une importance vitale pour le pays.

 

Citoyen Président-Fondateur,

Avec une telle structure où, du fait de la dégradation constante du pouvoir d’achat, accentué par l’aggravation d’un double chômage (structurel et conjoncturel), chacun des membres cherchera naturellement à gagner votre sympathie pour être certain de continuer à survivre, comment voulez-Vous faire croire que Vous n’aimez pas la PRESIDENCE A VIE ?

Comment parler de démocratie et de liberté dans un système monolithique où les hommes qui participent à la décision sont nommés par Vous et liés par un serment de fidélité à votre personne ? N’apparaît-il pas clairement que votre détermination est de « confisquer » le pouvoir à jamais ? Sinon, par quelle voie le peuple, qui n’aime pas  la Présidence à vie comme Vous l’avez dit Vous-même peut prétendre Vous retirer sa confiance ?

 

1.7. Des Cumuls de Fonction

Lors de la réunion du Bureau Politique tenue le lundi 11 août 1980, un nouvel organe du Parti a été créé : LE COMITE EXECUTIF DU MPR. Désormais, le Zaïre comptera deux Exécutifs : l’un du Parti et l’autre du Gouvernement. Déjà Président du Conseil Exécutif du Gouvernement, Vous ne pouvez être moins que cela au Comité Exécutif du Parti. En résumé, Vous êtes : Chef de l’Etat, Président-Fondateur du MPR, Président du Congrès, Président de l’Homme-Organe, Président du Comité Central, Président du Comité Exécutif du Parti, Président du Bureau Politique, Président du Conseil Législatif par délégation, et nous en passons.

Ne pensez-Vous pas que c’est à la fois trop de charges et trop de pouvoirs pour un seul homme ? Or, ce cumul de fonctions et de pouvoirs, vous veniez de le supprimer le 4 février 1980. N’ajoutiez-vous pas ce jour-là au Palais du Peuple que, en tant que citoyen et tenu à donner le premier le bon exemple. Vous vous remettiez sous l’empire des lois de la République ? Six mois à peine plus tard, Vous réinstituez le cumul en occupant la présidence de tous les organes sans plus tenir compte de votre discours du 4 février dernier ? A supposer que Vous avez oublié, ce qui n’est pas impoossible, qui des cadres peut oser Vous le rappeler étant donné qu’ils aspirent tous à cumuler comme Vous-même aux fins que Vous devinez ? Pourtant, la devise du MPR n’est-il pas : « SERVIR et non SE SERVIR » ?

Avec  tout ce qui précède, la  nouvelle politique du  MPR  (et  non  celle  définie  dans  le  Manifeste  ne fait plus de doute quant au pro-

chain rendez-vous électoral de 1982, si l’on y arrive. Le quotidien de la Place, journal du Parti en l’occurrence, n’en annonçait-il pas déjà les couleurs lorsqu’il écrivait, en substance, qu’en 1982, le Parti doit se charger du choix des candidats parlementaires, sous-entendant par là non l’élection libre mais la désignation de ces derniers et le droit de pouvoir contrôler les consciences.

 

1.8. Vers l’étouffement effectif de la Voix du Peuple ?

Mais, quelle seront les prérogatives du Conseil Législatif de 1982 quand on pense qu’avec la récente restructuration, il est non seulement relégué à la 5è ou 6 position dans la hiérarchie des organes, mais qu’en plus, une des prérogatives essentielles, celle dont l’exercice le rendait ou non crédible aux yeux du peuple vient d’être attribué au Bureau Politique ? Que cette prérogative s’appelle « l’inspection » ou qu’elle se nomme « Contrôle » c’est le contenu qui importera et non l’étiquette. Du reste, comment le Conseil Législatif de 1982 pourra-t-il prétendre contrôler un service où le Bureau Politique, organe supérieur, aura déjà effectué son inspection ?

 

Citoyen Président-Fondateur,

Votre analyse de 1977 constatait qu’une des causes du mal zaïrois résultait du fait que la voix du peuple était étouffée et qu’elle risquait de se faire entendre trop tard. C’est pour cela que Vous aviez institué les réformes de 1977 en instaurant les élections législatives libres. C’est pour cela aussi que Vous avez fait un effort de placer le Conseil Législatif en 3e  position dans la hiérarchie des organes.

 Or, dans la restructuration actuelle du Parti, le seul organe dont les membres sont les élus du peuple est reculé en 5e ou 6e position. Le centre des grandes décisions et orientations est devenu l’apanage des Comité ou Conseil composés des personnes nommées. Est-ce un recul ou un progrès par rapport à la situation de 1977 ? Le mal zaïrois a-t-il brusquement disparu ? Croyez-Vous que le peuple Zaïrois dont l’attachement à la démocratie est reconnu par Vous-même, puisse se sentir légitimement lié par des décisions prises par des personnes dont il sait très bien qu’elles défendent leur beef-teak et qu’elles n’ont pas de compte à lui rendre.

 

1.9. Le Management dans l’Appareil de l’Etat et l’Equilibre des Finances Publiques.

Sans anticiper sur le chapitre des finances Publiques et de la Monnaie, rappelons toutefois qu’un des axes du Plan MOBUTU est le « Management dans l’appareil de l’Etat », la remise en ordre de la gstion des finances publiques pour enfin aboutir par un effort d’austérité, à l’équilibre du Budget de l’Etat.

Le phénomène engendré par le conclave du Bureau Politique, et qui consiste dans la multiplication de ceux-ci, avec, cela va de soi, l’apparition immédiate des administrations parallèles, aura pour conséquence immédiate un accroissement considérable des dépenses publiques

Comment expliquer qu’un pays en état de banqueroute non déclarée, et qui sillonne le monde en quête d’un emprunt de 350.000.000 de dollars (TROIS CENT CINQUANTE MILLIONS DE DOLLARS) pour payer non pas le principal de sa dette qui s’élèverait à près de cinq milliards de dollars, mais seulement les intérêts de retards, un pays dont le budget est chroniquement déficitaire, un pays où les gens gagnent un salaire de famine et où le pouvoir d’achat ne fait que se dégrader chaque jour, un pays où, en dépit de cette inflation, les salaires sont bloqués, comment donc expliquer que ce pays, puisse se payer le luxe non seulement de multiplier ses institutions politiques, mais encore de le faire en plein exercice budgétaire ?

 

2.1. Economie.

Votre profession de foi du 24 novembre 1965 et, surtout votre discours-programme du 12 novembre 1965 ont, sur ce point été des plus sévères.

Ils ont stigmatisé sept grands problèmes ou maladies dont l’existence et la persistance rendaient, selon vos propres termes, « la situation sociale, économique, et financière du pays » catastrophique. Ces maladies étaient :

une administration publique corrompue inerte et inefficace,

une justice sociale déplorable,

une production nationale insuffisante pour couvrir les besoins alimentaires de notre population et, surtout, ses besoins en alimentation,

une aide extérieure qui mettait le pays en position de mendiant,

un budget de l’Etat déséquilibré et déficitaire,

une inflation galopante, entraînant une dégradation constante du niveau de vie de la population et de notre monnaie nationale,

une menace permanente à notre indépendance économique du fait que les politiciens n’avaient pas « hésité à vendre notre pays ».

Après un excercice de quinze ans de pouvoir personnel, pouvez-Vous affirmer que ce pays que vous traitez de « grand malade » se trouve aujourd’hui dans un meilleur état de santé ? Autrement dit, avez-Vous réussi à endiguer les maladies que Vous stigmatisiez en 1965 et permis, par voie de conséquence, à notre peuple de vivre comme des êtes humains, dignes de ce nom ?

Responsables devant le monde, devant notre peuple et devant l’Histoire, nous sommes dans l’obligation d’examiner avec Vous.

 l’un après l’autre, chacun des problèmes exposés ci-haut. Ce qui Vous permettra d’apprécier le bienfait réalisé ou les dégats que votre règne de quinze ans a fait subir à notre pays.

 

2.2. Une administration corrompue, inerte et inefficace.

Grâce à votre vigilance, Citoyen Président-Fondateur, nous apprenions par votre discours : « je vous ai déjà signalé que l’administration publique tant nationale que provinciale est corrompue et déficiente ».

Dans votre discours du 25 novembre 1977, la même idée revient lorsque Vous dénonciez : « ces gouvernants qui, à travers des liens particuliers, de famille ou d’amitié » encouragent « les vols des deniers et des biens publics ». En fait, Vous avouiez que ces voleurs opéraient avec votre bénédiction tacite puisqu’ils restent impunis.

Les observateurs et chercheurs indépendants, nationaux comme étrangers, affirment sans ambage et le prouvent avec pertinence, que le phénomène de corruption a pris une forme véritablement institutionalisée » et se manifeste sous les formes diverses dont les principales sont : le trafic de correspondance, le trafic d’embauche, le trafic de sceau et papiers à en-têtes, le trafic d’audience, le trafic de recommandation, l’opération suivie, le trafic d’ordre de mission, le trafic de mécanisation, etc., de sorte que « les réseaux de corruption touchent tous les niveaux de l’administration depuis le Huissier, le commis auxiliaire jusqu’aux grades les plus élevés de la hiérarchie ».

 Citoyen Président-Fondateur, daignez conclure avec nous qu’il y a ici un constat d’échec indiscutable.

 

2.3. Une justice sociale déplorable.

Au cours du discours précité et après avoir déploré la corruption, Vous poursuiviez : « j’ajoute que la justice est rendue de façon déplorable ».

Qu’en est-il aujourd’hui après avoir perspicacement et candidement déclaré (25 novembre 1977) : « Et malheureusement, dans leur course effrenée vers la gabégie et le détournement, dans leur incompétence, trop de cadres se cachent volontiers derrière le Président-Fondateur pour se créer, pour ainsi dire « une immunité juridique et politique abusive » (c’est nous qui soulignons).

Parapluie  ou  parachute,  Citoyen  Président-Fondateur, Vous disposez « seul » du  pouvoir  de  nommer,  révoquer,  promouvoir les membres  de  la  classe  dirigeante »  zaïroise  et  de  ce   fait    devez logiquement   endosser   les  actes  de  vos  protégés  que  vous avez bien reconnu être les pilleurs et exploitateurs de notre peuple. Ici comme là-bas, le paradis juridique que Vous aviez promis au peuple le 12 décembre 1965 ne s’est pas matérialisé, hélas !

La stratification sociale à laquelle ces pratiques abusives, conséquence d’un pouvoir personnalisé ont conduit, à créer au sein de notre peuple des tendances entraînant des divisions extrêmement explosives pour l’avenir de ce pays. Acceptez, Citoyen Président-Fondateur, puisque Vous en êtes l’auteur, d’en endosser la responsabilité.

 

2.4. Une production nationale insuffisante

            C’est au cours du discours programme du 12 décembre 1965 que Vous aviez affirmé : « On ne produit plus au Congo. » Pour appuyer votre thèse, quelques données statistiques relatives à la production alimentaire Vous ont servi et nous les reprenons ici sous forme d’un tableau. Pour Vous permettre de mieux faire le point, les données officielles les plus récentes sont aussi reprises :

 

                  Le produit                      Avant

                                                                              En 1965          En 1977

L’indépendanceMaïs (tonnes          120 000                      50 000              130 000

Riz                                                         100 000                      20 000              127 000

Manioc                                               1 500 000                    900 000              700 000

Coton-graine                                         145 000                      15 000                10 000  (a)

Export Huile de palme                          165 000                      85 000                11 995

Recettes en devises

        (Zaïre)                                     26 000 000               17 000 000        72 700 000

Population                                       13 120 000                17 570 000        26 310 000 

 

Si l’on peut en croire les statistiques officielles, quelques progrès ont été marqués entre 1965 année de votre prise de pouvoir et l’année 1977. Par exemple, la production de maïs a plus que doublé, celle du riz a été multipliée par six. Par contre, la production du manioc a connu une baisse de 22%, celle de coton une baisse de 33% tandis que les exportations de l’huile de palme ont baissé de 26%. Ces pourcentages sont bruts.

Mais,   si   nous   les   considérons   en   rapport   avec  l’évolution   de   notre   population,  la   situation  est   dramatique ; en effet, en 1965, un  Zaïrois  produisait  3 kilos  de  maïs,  1 kilo   de   riz, 51 kilos  de   manioc, jusqu’à 1  kilo   de   coton   et    exportait   5 kilos d’huile   de   palme. En 1977, ce   même  Zaïrois   produit   5 kilos (+ 67 %), de maïs,  5 kilos  de  riz (100%), 27 kilos de manioc (-47%), 04 Kilos de coton (56%) et n’exporte que 05 Kilos d’huile de palme (- 90%).

Quant aux recettes en devises. Citoyen Président-Fondateur, la situation se passe de tout commentaire. Le Zaïre, notre pays, connaît une véritable déconfiture comme le démontre la sixième ligne du tableau ci-dessus.

Une telle situation a débouché sur une catastrophe sociale que l’autorité zaïroise a d’abord niée, mais que la presse nationale vient de reconnaître sans vergogne « 42% des enfants zaïrois souffraient de la malnutrition ».

Bien plus, il faut remarquer qu’en 1968, la part des exportations agricoles dans nos exportations totales était de 30%. Cette même part n’est plus que de 13% en 1977 (Banque du Zaïre), soit une baisse de 57%. Selon les prévisions établies par les experts « LAZARD Frères » cette situation s’annonce encore pire. En effet, pour les années 1979, 1980 et 1981, cette part des exportations agricoles sera respectivement de 11,1%-10,7% et 10,04 %,  soit une baisse de +90 % cela dans l’hypothèse la plus favorable.

Cette situation est due, en  partie, à une très mauvaise détermination de nos priorités de développement. En fait, le Zaïre qui avait une structure des exportations assez diversifiée à la veille de 1960 a, sous votre haut-Commandement, décidé de concentrer tous les efforts dans le secteur minier.

Si, en 1968 la part des produits miniers dans nos exportations n’était que de 52% du total, elle est de 34 % en 1977. par contre, à l’instar des produits agricoles, la part des produits industriels qui s’élevait à 18 % en 1968 n’est plus que de 3 % ; soit une diminution de 83 %.  Et dire qu’en 1965, Vous promettiez au peuple une industrialisation rapide et son indépendance du ventre grâce au fameux « retroussons-les-manches ».

En effet, un accent trop élevé mis sur les exportations minières et la négligeance de la production agricole et industrielle nous ont  mis dans ce qu’un militant de notre indépendance appelait « cage ». Nous sommes obligés d’importer le maïs  (139862 tonnes en 1978 contre rien en 1950), du riz  (10 114 tonnes en 1975 contre 25 000 tonnes en 1978) du sucre (82 000 tonnes en 1978 contre 9 345 tonnes en 1975), du froment (192 000 tonnes en 1978 contre 94 562 tonnes en 1975).

Dans la ville de Kinshasa, affirment les experts, « on substitue le froment importé au manioc ». Où est l’indépendance du ventre, Citoyen Président-Fondateur ?

Nous saisissons cette occasion pour démystifier certains rapports officiels qui font d’une reprise économique du Zaïre pour l’année 1980-1981.

En effet, la publication du Département de l’Economie Nationale affirme qu’en 1980, le Produit Intérieur Brut du Zaïre connaïtra un taux positif de 1’,5 % après deux chutes successives de 2 % en 1978 et de 1 % en 1979.

Cette augmentation sera due à l’accroissement de la production minière et plus particulièrement le cobalt, le cuivre et le pétrole qui connaîtront, chacun un taux de croissance de près de 10 %.

Par contre, le secteur agricole connaîtra une baisse de 9 % dans ses exportations. L’on continuera à importer du maÏs et du blé ; le secteur de transport continuera sa détérioration (elle était de 11,4 % entre 1978 et 1970). L’industrie manufacturière ne sortira pas du tunnel (elle était de 11 %), (une diminution de la production de 11,1 % en 1978-1979) et connaîtra la poursuite de son chômage technologique (près de 30 % de capacité).

Il n’est pas donc adéquat, Citoyen Président-Fondateur, de leurrer notre population en lui présentant ou promettant le commencement de la fin de ses misères.  La situation de la production nationale est une véritable catastrophe.

Nous portons à votre connaissance, citoyen Président-Fondateur, que le prix du cuivre sur le marché mondial va connaître une chute importante. La demande du métal rouge, selon les experts, connaîtra une baisse de 18 % au deuxième semestre de 1980 et continuera à dégringoler en 1981.

Il  risque d’en être de même du cobalt qui, selon la conjoncture économique permettra au Zaïre d’enregistrer une balance des paiements positive en 1980.

En bref, l’échec du programme de production que Vous aviez présenté à la population en 1965 va continuer à s’accentuer

 

2.5. Une aide extérieure de tutelle.

Voici les termes dans lesquels Vous dénonciez en 1965 l’aide extérieure : « Le pays est obligé de mendier une aide à l’extérieur. Ce sont les étrangers qui doivent procurer aux Congolais le maïs et le riz dont ils ont besoin pour se nourrir et le coton dont ils ont besoin pour se vêtir. Le Congo ne peut plus nourrir et vêtir ses propres fils ».

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Sur le plan du montant de la dette extérieure, celle-ci est estimée à 5 milliards de dollars américains dont la Banque du Zaïre, aurait liquidé 57 millions à la mi-mai de cette année auprès du « Club de Paris » qui regroupe 122 banques internationales privées créancières de notre pays. A cet égard, les experts du groupe LAZARD Frères estiment que le service de la dette extérieure atteindrait respectivement, 27 % et 25 % en 1979, 1980 et 1981 de l’ensemble des ressources d’exportation, non compris les arriérés dont le montant s’élève à plus d’un milliard de dollars américains. Peut-on vendre mieux à un pays qu’aux banques internationales ?

Et pourtant, l’un des reproches que Vous adressiez aux politiciens de la Première République était que « certains politiciens, pour se maintenir ou pour reprendre le pouvoir, n’ont pas hésité à faire appel à des puissances étrangères. Ils se sont déclarés prêts à vendre le pays et le peuple Congolais à la condition expresse qu’ils soient aidés à se maintenir ou à reprendre le pouvoir. Pour satisfaire leurs ambitions, ils étaient sur le point de sacrifier notre indépendance, notre souveraineté et notre bonheur du peuple libre ».

Nul ne peut mieux répondre qu’un grand journaliste, écrivain et homme Français J.J.S. Schreiber lorsque parlant du Zaïre et après avoir évoqué d’autres rencontres antérieures, écrit : « Une troisième réunion a lieu dans l’appartement même de Mobutu, avenue Foch à Paris. Les créanciers du Zaïre décident, avec lui, que la mise en tutelle complète du système financier zaïrois sera le prix à payer pour de nouvelles attributions d’aide. Un délégué du FMI (Fonds Monétaire International) prendra les fonctions de directeur principal de la banque Centrale du Zaïre. Il n’y a  guère d’exemple, depuis la fin des guerrres coloniales, d’un Etat abandonnant ainsi jusqu’à l’apparence de souveraineté. Mais il (Mobutu n’a plus le choix ».

C’est ainsi que, après l’affaire OTRAG, notre Département des finances, notre Banque Nationale sont sous tutelle des experts recrutés par le Fonds Monétaire International.

Bien plus,  dans l’introduction au Budget 1980-1981, le Conseil Exécutif affirme avoir opéré des dévaluations successives de notre monnaie pour répondere aux « exigences » du Fonds Monétaire International.

Certes, Vous vous défendez en évoquant le droit d’user de votre souveraineté. Mais peut-on vendre une parcelle ou la totalité de sa souveraineté et prétendre en posséder toujours ? N’est-ce pas ce que les anglophones ironisent comme « vouloir en même temps manger son gâteau et le garder intact ? » (Eat ones’s cake and have it at the same time).

Que pensez-Vous, Citoyen Président-Fondateur, de notre dépendance remarquable des pays étrangers et organismes internationaux pour nourrir notre population, la vêtir, la loger, assurer la communication entre elle, l’éduquer, etc. N’y a-t-il pas, dans ce domaine comme dans les trois précédents, un constat d’échec de votre régime de 1965 ?

 

2.6. Un budget de l’Etat déséquilibré et déficitaire.

Au cours du discours-programme de décembre 1965, Vous disiez : « l’Etat dépense trop, n’est pas productif. Cette situation devient intolérable » (p. 24).

Et Vous enchaîniez :

« Pendant l’année 1965, et jusqu’au moment où j’ai pris en mains les destinées du pays, le Gouvernement a dépensé 55 milliards de francs », il n’a eu que 35 milliards de recettes et accuse donc un déficit de 20 milliards de francs.

Vous vous posiez alors la question : « Qu’a-t-on fait avec tout cet argent dépensé ?

Aujourd’hui, quinze ans après votre prise de pouvoir, les questions se posent. Voyons ce que nous en dit la situation de nos finances publiques.

 

2.7. Productivité de l’Etat.

En 1970 et 1977, les dépenses de l’Etat destinées à l’acquisition des biens de capital et donc de production passent de 76,1 % des dépenses en capital du budget à 47,7 %, soit une diminution de 37 %.

Pour la même période, les dépenses publiques créatrices d’activités économiques passent de 325 millions à 319,7 millions, soit une diminution de 2 % en termes nominaux

De même, l’épargne de l’Etat passe de 61,1 millions (de 1970 à 1971) à 70,1 n 1977, soit une augmentation de 15 %. Mais, en 1977, cette épargne représente 68 % des ressources de l’Etat contre 65 % en 1971, soit un effort supplémentaire de l’autorité publique pour relancer l’économie

Pourtant, cette augmentation de l’effort d’épargne se réconcilie difficilement avec une diminution de la participation de l’Etat à l’activité économique relevée au paragraphe précédent !

Est-ce que l’épargne de l’Etat sert à alimenter la corruption que nous avons évoquée plus haut ou est-ce qu’elle sert à grossir les dépenses de prestige idéologique destinée à faire accepter ou à imposer la faim à la population au nom de l’authenticité ?

Comment réconcilier cet effort avec le recours sans cesse à l’extérieur pour  « décrocher le financement des projets » ?

 

2.8. Le déficit des finances publiques.

Cette rubrique de votre discours du 12 décembre 1965, est actuellement plus vraie que jamais. Si pour les 11 premiers mois de 1965 l’Etat n’avait dépensé que 55 millions de Zaïres, le Conseil Exécutif dont Vous assumez la présidence a déjà dépensé 2.743 895 Zaïres pour les huit premiers mois de 1980.

 

De l’autre côté, si pour les 11 mois de l’année 1965 le déficit n’était que de 20 millions de Zaïres, il est de 375 459 477 Zaïres pour les huit premiers mois de 1980 pour votre Conseil Exécutif !

Où est la situation la plus alarmante ?

 

Ce qu’on fait de l’argent.

La question que Vous posiez, Citoyen Président-Fondateur, tait légitime. La population a besoin de savoir ce qu’on fait de ses ressources.

Vous aviez, en 1965, stigmatisé quelques facteurs explicatifs du déficit de l’Etat : « frais de mission, enseignement, administrations provinciales, armée, etc.

Où en est-on maintenant ?

En 1977, Vous avez été considéré par le journal Jeune Afrique comme le Chef de l’Etat au monde ayant accompli plus de déplacements (missions) à l’extérieur de son pays. Aujourd’hui, les missions officielles sont effectuées même par des personnes qui n’ont rien à faire avec la fonction publique grâce à ce que certains experts appelent « trafic de missions ». Ces missions sont aussi effectuées par des gens dont la seule qualité est d’être vos proches ou connaissances !

Que fait-on de l’argent ?

La dotation présidentielle a absorbé 90 705 059 en 1976 (soit 20 % du budget) et 97 999 931 Zaïres (soit 17 % du budget). Il est vrai qu’une dotation n’est pas soumise à la règle habituelle de contrôle, mais le Président-Fondateur peut-il nous autoriser quand même de poser la question : qu’a-t-on fait de cet argent ?

En tout état de cause, une chose est vraie : la dotation présidentielle est presque deux fois le budget de tout l’Etat Zaïrois en 1965, l’année de votre prise de pouvoir.

 

Que fait-on de cet argent ?

Citoyen Président-Fondateur, Vous aviez, au cours de vos discours en 1966, assuré la population que Vous ne touchiez que votre trairement de soldat. Peut-on savoir si la situation reste la même ? Sinon, combien toucheriez-Vous en 1980 et quelle part du budget votre salaire représente-t-il ?

Que fait-on de cet argent ?

Dans le document relatif à l’exécution du budget 1980, le Conseil Exécutif donne une série de dépenses qu’il qualifie d’imprévues :

            – Fêtes commémorative du 30 juin                    : Z.       5 831 023

            – Visite du Pape Jean-Paul II                             : Z.     26 055 361

            – Supplément dotation présidentielle                 : Z.     13 623 817

            – Rappels et déblocage                                    : Z.     71 000 000

            – Echelonnement enseignants                           : Z.     19 200 000

            – Acquisition 51 voitures Mercèdes                   : Z.       3 000 000

101 310 201

 

Ces dépenses imprévues s’élèvent à plus de trois fois les dépenses de l’Etat pour les 11 premiers mois de l’année 1965 quand Vous avez pris le pouvoir avec l’objectif de réduire le déficit des dépenses publiques.

Or, en dépit de ce déficit et d’une situation considérée comme intolérable en 1965, n’aviez-vous pas prétendu relever le pays avec ses propres ressources ? Est-ce qu’on peut en dire autant aujourd’hui ?

Qui contrôle toutes ces dépenses de l’Etat Zaïrois en l’absence de la Cour des Comptes que Vous aviez pris soin de supprimer dès le bon matin de votre prise de pouvoir ?

Citoyen Président-Fondateur, savez-Vous qu’entre 1970 et 1977, près de 45 % des dépenses publiques ont servi aux objectifs idéologiques, c’est-à-dire pour se « maintenir au pouvoir »? Notre peuple se nourrit-il seulement de ces slogans idéologiques monolithiques ou aura-t-il jamais la chance de vivre un jour comme un peuple libre ?

 Que fait-on de l’argent ?

 

2.9. Une inflation galopante.

Le diagnostic  que  Vous   posiez  en 1965  est :  « Au Congo,  on ne produit que 30 % de ce que l’on produisait en 1960, mais en revanche on dépense six fois plus qu’en 1960. Beaucoup d’argent à dépenser peu de produits à acheter, voilà la situation actuelle provoquée par le déficit des finances publiques. »

 

Et vous en tiriez les conséquences :

« Conséquence inévitable : les prix se sont mis à monter, les marchandises sont devenues rares, des commerçants ont commencé à spéculer, des producteurs se sont mis à frauder et voilà comment le chaos économique s’est installé au Congo ».

 

Où en est-on aujourd’hui ?

En un mot, le chaos est total et pire qu’en 1965 malgré les tentatives avortées de le couvrir par des déclarations apologétiques et des plans et programmes économiques qui ont tous abouti à l’échec que nous connaissons tous.

La rareté des marchandises ou de biens de consommation est plus qu’impressionante dans beaucoup si pas dans tous les ménages de Kinshasa, hormis bien entendu le vôtre et ceux de vos courtisans. La situation est pire encore à l’intérieur du pays où des opérations monétaires irréfléchies et intempestives ont mis les populations dans un état de dénuement incomparable.

A la base, 1975 – 100. Le niveau de prix était de 1 138,7 en décembre 1979, soit une augmentation de 1 034 pour cent en quatre ans !

Les conséquences ne se sont pas fait attendre. La malnutrition due à l’enrichissement des produits de base a engendré la recrudescence de certaines maladies autrefois entièrement ou partiellement enrayées pellagres, kwashiorkor, tuberculose, fièvres tiphoïdes, rougeoles, malarias, verminoses, bilharzioses, maladies du sommeil, poliomélyte, etc.

Et, malgré cette situation, Citoyen Président-Fondateur, tel un pèlerin, Vous multipliez des voyages à l’extérieur d’une manière tout aussi innocente qu’infructueuse ! A tel point qu’on en vient à se demander si Vous avez vraiment l’amour de ce pays et son peuple !

Le chaos économique est total au Zaïre parce que malgré votre promesse de ne jamais dévaluer la monnaie nationale, Vous avez pris l’agréable plaisir de d’évaluer jusqu’à ruiner nos populations dont vous avez de nouveau confisqué le pouvoir d’achat par la démonétisation. Cette dernière a été décidée unilatéralement et d’autorité par Vous et seulement par Vous !

 Le   chaos   est   total   parce  que   Vous  aviez   promis   au  peuple de Démissionner si jamais le Zaïre-monnaie n’était convertible sur le marché de change international. Et, Vous ne l’avez pas fait et, semble-t-il Vous n’avez pas envie de le faire !

Le chaos est total, Citoyen Président-Fondateur, du fait que vos proches collaborateurs, amis et membres de famille,se retrouvent parmi les plus grands commerçants spéculateurs, corrupteurs, etc., que le pays ait jamais connus. Que même l’aide étrangère, fruit de l’endettement que payeront les générations futures, est accaprée par ces protégés qui l’écoulent sur le marché noir à des prix hors du budget d’un simple fonctionnaire de l’Etat, d’un simple travailleur, d’un paysan zaïrois !

Le chaos est total parce que, d’après la presse étrangère, Vous êtes coté comme un des plus riches du monde ! Oui, le chaos est total parce que vos proches collaborateurs, amis et membres de famille sont qualifiés par la même presse étrangère comme étant aussi si pas plus riches que l’Etat zaïrois lui-même, toute proportion gardée, bien entendu !

Dans un meeting à Kinshasa, ne Vous éleviez-Vous pas contre un enrichissement exagéré des citoyens qui de ce faire pouvaient mettre la vie de l’Etat en danger ? Ce message ou cette mise en garde valait-il seulement pour les autres Zaïrois et non la catégorie des privilégiés cités ci-dessus ? Comment, dans cette hypothèse, peut-on considérer que la sécurité future de l’Etat zaïrois restera garantie ?

Le chaos est total parce que, avec la confiscation du pouvoir d’achat et la misère qui en a résulté, les efforts de production s’en trouvent  découragés. La corruption et même la folie restant les seuls moyens de survie ! Peut-on mieux asservir un peuple ?

 

2.10. Menace à notre indépendance économique.

Vous accusiez les politiciens de la Première  République pour s’être « déclarés prêts à vendre le pays et le peuple congolais  à la condition expresse qu’ils soient aidés à se maintenir ou à reprendre le pouvoir ».

 Où en sommes-nous aujourd’hui ?

 La réponse à cette question est plus qu’évidente mais nous tenons à fournir quelques illustrations très sélectives.

Commençons par le Plan qui porte votre prestigieux nom. Il Vous a été imposé par les milieux financiers internationaux et, tels des pèlerins de corruption, nos hauts fonctionnaires se sont fait plus d’une fois ridiculiser devant nos maîtres pour faire approuver ce plan jusqu’à ce jour sans succès.

Dans son fond, ce plan est un ensemble de projets que Vous voulez vendre aux étrangers et avec eux notre capacité de négociation et d’indépendance.

Prenons un exemple. Entre 1950 et 1957, la part des apports exté rieurs dans nos investissements totaux s’élèvent en moyenne à près de 20 %. Nous étions colonisés.

De même, ce plan met l’accent sur les secteurs qui accentuent notre dépendance : mines, transports et l’agriculture d’exportation

 

3. La situation sociale

L’analyse menée jusqu’à présent a été limitée aux domaines politique et économique. Si au Zaïre, l’on clame que l’économie est au service de l’homme, voyons à présent le reflet, sur le plan social, de cette économie prétendument mise au service de l’homme.

D’abord, que dit le Manifeste de la N’Sele, notre charte fondamentale, à ce sujet :

 « Le MPR ne permettra pas l’injustice consistant à exiger plus des uns pour enrichir plus rapidement les autres »… Seule l’amélioration du mieux-être individuel constituera à la fois la récompense du travail consenti et l’incitation à la poursuite et à l’augmentation des efforts nécessaires ».

 « D’où nécessité d’une répartition équitable du revenu national, d’un accroissement de la production et d’une rationalisation dans l’intérêt collectif …d’une suppression des gaspillages et des efforts improductifs».

En outre, il n’est pas sans intérêt de rappeler que la devise de la République du Zaïre est « PAIX – JUSTICE – TRAVAIL » et celle du MPR : « SERVIR ET NON SE SERVIR ».

Ce sont donc toutes ces proclamations qui, à notre humble avis, devaient constituer le fondement de la politique sociale de la Deuxième République, donc de notre Etat-Parti, le MPR.

En fait, quelle est la réalité après quinze ans de pouvoir sans partage ?

En gros comme en détail, il n’est plus un secret pour personne que le Zaïre est classé parmi les pays les plus pauvres, les plus affamés, les plus mal nourris, les plus mal soignés, les plus mal éduqués du monde. A telle enseigne que si au moment du coup d’Etat de novembre 1965 le Zaïre était à deux doigts du gouffre, aujourd’hui, il est entièrement et pleinement enfoncé dans ce gouffre que le régime a pris soin de qualifier de « tunnel » ! quel tunnel !

Citoyen Président-Fondateur, il n’est certes pas possible d’aborder l’ensemble de la situation sociale comme vous avez déjà vous-même eu l’occasion de le faire à maintes reprises. Nous nous contenterons d’aborder quelques aspects de ce gouffre pour démontrer, au moyen de quelques exemples, l’incapacité du régime du 24 novembre 1965 à améliorer le bien-être de notre population.

Auparavant, une mise au point s’impose. Nous ne sommes point d’accord avec la tactique qui consiste à vous attribuer tous les avantages et à blâmer les cadres pour tout ce qui n’a pas réussi. Au contraire, nous épousons entièrement ce dicton militaire qui vous est du reste cher : « il n’y a pas de mauvaises troupes, il n’y a que des mauvais chefs » !

En outre, nous voudrions vous montrer que, malgré un vocable fallacieux de création d’une société homogène, notre société est actuellement plus stratifiée que jamais. Votre politique de salaire s’il en existe une, et les effets sociaux (notamment la malnutrition) auxquelles elle a donné lieu en est un exemple. D’autres exemples et d’autres questions nous viennent à l’esprit.

Avez-vous une politique de santé publique ? Quels résultats cette politique a-t-elle permis d’atteindre ?

Quelle est, enfin, votre politique en matière d’habitat et comment a-t-elle réussi ou échoué ?

Consciemment, nous avons laissé de côté les problèmes très importants et qui méritent une analyse profonde : l’enseignement, la protection de la famille, la protection de l’enfance, l’éducation des adultes, etc. C’est plutôt par souci de briéveté que par  celui de vouloir, loin de nous l’idée, de pondérer légèrement ces problèmes dans le schèma social du Zaïre. Que nos lecteurs ne nous en tiennent pas rigueur.

 

3.1. La stratification sociale au Zaïre sous le régime MOBUTU

L’un de vos slogans le plus cher « pensez et consommez zaïrois » a fait croire que la société zaïroise constitue une entité homogène politiquement, économiquement et culturellement. Dans cette même lettre nous avons démontré son inconstance au double, point de vue politique et économique. Nous avons dénoncé ses aspects tribaux : « entre un frère et un ami, le choix est clair ».

Sur le plan de la structure sociale, les experts les plus avertis admettent actuellement que le Zaïre est subdivisé  en classes sociales dont la nouveauté et l’antagonisme latent sont à la mesure des prétentions du Chef Suprême que Vous êtes. Ces classes sont :

Le Président-Fondateur et sa clientèle.

La grande bourgeoisie potentielle.

La nouvelle petite bourgeoisie ou classe moyenne.

Les salariés.

Les sous-prolétaires.

Ces   mêmes   experts   établissent  et   les  Rapports de la Banque du  Zaïre  le   confirment, que   la « classe   présidentielle »  (notre   appellation)  est  composée  d’une   cinquantaine   d’individus  proches  du Président   soit   par   les   liens   familiaux  ou  régionaux   et    occupant   les positions les plus lucratives et contrôlant les rouages   de l’organisation politique.

 

Citoyen Président-Fondateur,

 

Vous avez l’habitude d’affirmer qu’il n’y a pas de petits ni de grands Zaïrois. Mais, sur une population de 25 millions d’habitants, cinquante individus seulement « occupent les positions les plus lucratives et contrôlent l’appareil politique tout entier ». Ceci revient à dire que dans la société zaïroise « authentique », le pourcentage de ceux qui contrôlent l’économie et la politique s’élève à 0,0002 % !!!!  Il n’y a, que nous sachions, aucun pays au monde dont la concentration du pouvoir économique et politique est aussi scandaleuse !

Votre régime a-t-il donc substitué aux 350 familles (et non des individus) belges une famille de cinquante personnes

Quant à la grande bourgeoisie potentielle, elle n’a aucun pouvoir susceptible d’être transformé en décision économico-politique et capable d’affecter l’avenir de notre pays. Ses tentatives de former une opposition valable sont souvent brimées ou étouffées dans l’œuf.

Le reste de la stratification est silencieuse quoique majoritaire : « Sous-prolétaires » qui n’ont ni sécurité d’emploi et donc de revenu, ni celle de survie ! A notre avis, un édifice construit sur une structure sociale aussi fragile ne peut  prétendre l’homogénéité sociale. Le seul moyen d’empêcher l’effondrement d’un tel système social reste la dictature et l’oppression !

 

3.2. Les salaires et la nutrition

Corollaire de la stratification sociale décrite ci-haut, la situation (sociale) salariale du Zaïre est des plus déplorables. En effet, sur la base de 100 à 1970, le salaire réel a connu l’évolution suivante jusqu’en 1977.

 

                                                                                                                    Chang.

                                               1973     1974     1975     1976     1977            1973 : 77%

Secteur privé                            96,7      84,1      74,3      55,8      36,2                – 62,56

Secteur public                          95,2      92,7      79,4      58,2      37,7                – 60,40

Moyenne                                  95,95    88,40    76,85    57,00    36,95              – 61,49

 

 

La dernière colonne de ce tableau montre qu’entre 1973 et 1977, le salarié du secteur privé a perdu 63 % de son revenu réel tandis que celui du secteur public a connu une perte de 60 %. En moyenne, le salarié  (public et privé) a connu une perte de 61 % de son revenu ! Mais au profit de qui ? En votre qualité de Guide Suprême, Vous avez certainement la réponse.

Servir et non servir. Dans ce but, et afin de normaliser les tensions salariales inadmissibles, le Conseil Législatif a examiné et adopté au cours de sa session ordinaire d’octobre 1979 le projet de loi portant Statut du Personnel de Carrière des services Publics de l’Etat. Au cours des débats, le représentant de l’Exécutif avait, à maintes reprises, souligné l’importance et l’urgence de ce projet de loi pour la solution des problèmes qui se posent au sein de notre administration.

Le Président-Fondateur, Président de la République, a opposé son veto à la promulgation de ce projet de loi. A la question de savoir pourquoi, vous avez répondu aux Commissaires du Peuple : « Je n’ai pas voulu promulguer la loi adoptée par le Conseil au cours de sa session d’octobre 1979 sur le Statut des Agents de l’Etat pour des raisons de réalisme. En effet, des avantages exorbitants que prévoyait cette loi n’étaient pas réalisables eu égard aux contraintes d’ordre financier auxquelles est tenue notre économie depuis ces derniers temps. Prenons l’exemple de l’indexation des salaires à la variation du coût de la vie, du régime des congés, des allocations diverses au titre d’avantages sociaux, tout cela n’était pas réalisable, le budget ne pouvait en aucun cas le permettre. Dans ce cas, plutôt que de jouer au démagogue en promulguant une loi dont l’application est impossible compte tenu de la conjoncture, je préfère renvoyer au Conseil Législatif le texte pour que tous ces aspects financiers soient adaptés à la conjoncture économique du pays. Il s’agit là d’une attitude responsable ».

La fonction publique zaïroise, pourtant pierre angulaire de l’Etat et moteur par excellence de tout programme de développement, demeurera longtemps le parent pauvre du pays. Et avec tout cela, on ne peut attendre d’elle ni plus de vertu, de conscience professionnelle et encore moins une participation effective dans la réalisation du management dans l’appareil de l’Etat.

Mais, en quoi est-ce que les contraintes financières que vous invoquez pour écarter les fonctionnaires d’une juste répartition des revenus du pays peuvent valoir quand on sait que, peu de temps après, vous avez créé une multitude d’organes politiques, doublés des administrations politiques parallèles, aux salaires extrêmement élevés, et dont le résultat final se traduira par une charge financière plus élevée que celle qu’aurait dû entraîner l’application du statut des agents de l’Etat ? Le Président-Fondateur qui soutient publiquement que le problème du Zaïre n’est pas un problème politique pense-t-il que les nouveaux organes politiques créés sont plus utiles que notre Administration publique ? Faut-il encore nier que son souci majeur est d’abord et avant tout celui de privilégier ce qui concourt à son maintien au pouvoir et au  renforcement de celui-ci ? Servir et non se servir.

Et comme attitude « responsable » et non « démagogie », on ne peut trouver mieux.

Mais ce qui nous intéresse encore davantage, c’est d’établir une relation entre votre politique des rémunérations et la situation nutritionnelle du pays. Cette relation est extrêmement difficile à établir pour l’ensemble du Zaïre du fait de l’inefficacité et l’inefficience de l’administration que vous avez mise en place pour s’occuper plus  de la propagande du Parti Unique que de la gestion du pays. Nous prenons la Ville de Kinshasa comme point de départ, d’appui

Le tableau ci-après fournit l’information relative aux catégories salariales et l’équivalent en qualité de manioc, de pain, de viande, etc., que le salaire de chaque catégorie peut permettre d’acheter par jour à Kinshasa au milieu de l’année 1980. Ce tableau est immédiatement suivi d’un autre qui renseigne sur le contenu nutritionnel de principaux produits alimentaires du ménage zaïrois. Au bas de ce tableau, nous donnons le minimum de calories requises par ménage de six enfants, soit 16 962 unités. Ce qui équivaut à une moyenne de 5 654 unités par membre de famille.

De ce tableau, il se dégage que les catégories manœuvres (1 056 unités), moniteur (1 408 unités) et dactylo (2 016 unités) sont dans l’impossibilité, si elles consacraient tout  leur salaire à l’achat du manioc, d’atteindre le minimum de calories internationalement admises ! Il en est de même si ces catégories consacraient leur salaire à l’achat du maïs ou du riz.

Il est connu que près de 80 % des employés zaïrois se trouvent dans cette catégorie. Il s’ensuit donc que 80 % de  notre masse des salariés se trouve ainsi mal nourris ! Est-ce le sens du slogan « l’économie au service de l’homme » ? Et dire que vous affirmez sans cesse être le « garant » de notre bien-être !

Cet état des choses est en contradiction avec le slogan maintes fois répété selon lequel « le MPR s’oblige à donner à chacun ce dont il a besoin pour son manger, son vêtement et son habitation ». Il est d’autant plus contradictoire que ses répercussions sur la santé de notre population sont dévastatrices. Le dossier de la DCWB relève la recrudescence d’une variété des maladies sociales suivantes :

maladies dues à diverses carences « carentielles » (manque de vitamine : pellagre), (manque de protéines : Kwashiorkor) ;

maladies infectueuses et parasitaires (infectueuses : tuberculose, maladie vénériennes, fièvre typhoïde, etc. : parasitaires : malarias, verminoses, bilharzioses, etc) ;

maladies endémiques : maladies du sommeil, poliomyélite, etc.

Le journal ELIMA du 30 septembre 1980 en stigmatise le résultat final par un titre révélateur de son article : « 42 % des enfants zaïrois souffrent de la malnutrition ».

Citoyen Président-Fondateur,

Pouvez-vous expliquer à votre population ce qui, dans votre régime, est à la base d’une telle détérioration de la situation sociale du pays ? Cet échec doit-il être, comme Vous en avez pris l’habitude, d’imputer entièrement aux cadres du Parti ? Quel est votre rôle personnel dans ce processus d’élimination physique systématique de notre population ?

 

 Tableau 1. – Situation alimentaire du salarié zaïrois

Tableau1

 Nous nous sommes servi du Dossier DCWB pour la construction de ce tableau. La taille moyenne du ménage est de six enfants et les chiffres donnent la quantité journalière par personne.

 

Tableau II.

 Tableau2

3.3. Situation salariale des Agents de l’Administration Publique.

Nous avons déjà fait allusion au Statut des Agents de l’Administration publique. Les tableaux ci-dessous vous permettront de mieux apprécier le sort réel de cette catégorie importante de notre société

 

Tableau III – Régime des agents de l’Etat au 1er avril 1979.

 Tableau3

Total net moyen

 

11. – – 855,80                21. – – 334,80                33. – – 143,80

12. – – 529,80                22. – – 300,80                34. – – 128,80

13. – – 458,80                31. – – 209,80                35. – – 109,80

14. – – 394,80                32. – – 171,80

 

N.B. La composition familiale est de 4 enfants.

 

Nous ne croyons pas superflu de compléter le tableau III ci-dessus par un autre donnant, cette fois, une idée sur le menu de famille de 6 personnes c’est-à-dire les parents plus 4 enfants. Il est envisagé trois repas par jour. La consommation de la viande (pieds de cochon), intervient pour deux fois par semaine.

 

 Tableau IV. – Menu et coût journalier et mensuel

Tableau4

  Citoyen Président-Fondateur,

Vous conviendrez certainement que le menu ci-dessus est dérisoire et ne mérite même pas  d’être qualifié de minimum. Seuls les nutritionnistes pourraient déterminer la valeur qualitative qui, cela va de soi, est loin d’atteindre les normes humainement admises.

Ce qui est significatif, cependant, c’est que même le Secrétaire d’Etat qui est le plus haut fonctionnaire n’est pas en mesure, avec son salaire, de se le procurer. A remarquer que ce menu fait abstraction de tous les autres frais tels que : le logement, l’énergie (pétrole ou bois de charbon ou électricité), eau courante, les soins pharamaceutiques et hospitaliers, la scolarité des enfants, l’habillement, etc.

Si la situation est telle pour le Secrétaire d’Etat, que dire de Huissier dont le traitement n’est que de Z. 108 ? Pour correspondre à son salaire, le menu ci-haut qui est déjà en dessous du minimum admissible doit, pour le Hussier, être réduit à 1/8 ! ! ! !

Mais, comment vit-il, lui et sa famille ? Hé ! bien, il n’y a que le Hussier lui-même qui peut nous livrer le secret du miracle qu’il opère quotidiennement.

Sans chercher à vous excéder, loin de nous cette pensée, permettez-nous de vous donner cet autre tableau qui traduit en termes de pouvoir d’achat les salaires des différentes catégories des agents de notre administration publique.

 

Tableau V

Tableau5_1 

N.B. 1 sac de maïs                               : 160 Z.

         1 sac de manioc                         : 120 Z.

         1 sac de riz Bumba de 50 kg       : 130 Z.

          1 boîte du lait Nido                     :   85 Z.

         1 kilo de viande carbonade          :   35 Z.

          1 poule vivante + 2 kg                :   98 Z.

 

Il se dégage que le traitement du plus haut fonctionnaire de l’Etat ne représente en valeur que 10 boîtes de lait ou 24 kg de viande ou encore 8 poules.

 Le Huissier, par contre, n’a pas beaucoup de choix. Une boîte de lait ou une poule suffit pour absorber tout son traitement.

Honnêtement parlant, Citoyen Président-Fondateur, que pouvez-vous attendre de ces braves gens du point de vue de la productivité ? Un miracle supplémentaire en plus de celui qu’ils opèrent chaque jour et on ne sait comment, pour survivre ?

Comment dès lors s’étonner de la recrudescence du vol et du banditisme, la corruption scandaleusement installée, le détournement quasi institutionnalisé, la délinquance juvénile, etc. ?

Est-il moralement juste de condamner certains parents qui, pour nouer les deux bouts du mois, prostituent leurs filles encore mineures ? Serait-ce peut-être une des raisons qui a poussé le législateur à ramener la majorité sexuelle de la zaïroise à 14 ans ?

Vos services de renseignement seraient-ils gênés de vous révéler ce nouveau phénomène qui fait que dans la capitale, par exemple, où le service d’hygiène a pratiquement disparu, l’on ne retrouve le matin aucune trace de tous les chiens et chats écrasés la veille sur la rue ? Ce qu’ils deviennent ? Hé, bien, votre population en fait son compte !

Dans             un        tel   contexte   social,  peut-on   reprocher   au   jeune   cadre son   attitude   de   découragement,  de   démobilisation   et   de   démis-

sion ? Ou en ne prétendre lui interdire de se livrer, pour survivre, aux opérations salutaires qu’il appelle « KAMIKAZES » ou « EXTRA-MUROS » ? Ne croyez-vous pas que votre politique sociale a tué tous sentiments patriotiques des jeunes fils de ce pays et contraint bon nombre d’entre eux à voguer désespérément vers des horizons inconnus à la recherche d’une patrie-mère nourricière et affectionnante ?

Par contre, la masse qui ne peut s’expatrier et qui a goûté les fruits de l’OBJECTIF 80 s’inquiète sur les visées du PAM lequel, vous l’avez certainement déjà appris, s’est vu dès sa naissance attribuer des sobriquets tels que : « PLAN D’AMAIGRISSEMENT MAXIMUM » ou encore « PLAN D’ANEANTISSEMENT DES MOUSTIQUES ». Par moustique il faut entendre le petit peuple !

Certes, vous n’êtes pas magicien. Mais comment justifier un bilan aussi négatif alors que ces pauvres vous ont toujours assuré de tout leur soutien, tandis que, dans les villages, leurs parents n’ont cessé de vous appuyer et de vous applaudir comme vous aimez souvent le répéter à la presse étrangère ?

 

3.4. La Politique de Santé Publique

Nous venons de stigmatiser comment votre politique salariale condamne à mort et cela d’une manière systématique la population du Zaïre. Ce n’est pas tout. La politique salariale est doublée d’une politique de santé qui non seulement accélère la destruction physique de notre peuple, mais condamne ce peuple à un état mental néfaste pour la bataille intellectuelle du 21è siècle. En effet, que peut accomplir un enfant mal nourri sur le plan de la performance intellectuelle ? Pas grand-chose n’est-ce pas ?

Comme le montre le tableau ci-dessus, la part que Votre Gouvernement consacre à la santé dans son budget n’a cessé de diminuer. En 1960, cette part déjà inférieure à celle de 1955 (période coloniale) était de 8,3 % du budget de l’Etat. Elle a atteint son minimum de 1,5 % en 1975 sous votre règne et n’était que de 5 % en 1978 contre 10 % en 1955 !

 

Citoyen Président-Fondateur,

Les rapports des diverses sources indiquent l’existence d’un mécanisme de détournement des fonds destinés à l’amélioration de la santé de la population. Vous le savez puisque les Commissaies du Peuple, à leur tour, n’ont cessé de la stigmatiser. Vous préférez le silence parce que dans beaucoup de cas, ces détournements sont justifiés – et cela quand le scandale éclate-comme ayant servi à la redynamisation des activités du Parti ! Ne dit-on pas :  le MPR d’abord et le reste après !

            La conclusion à laquelle arrivent certains de ces rapports est plutôt révoltante :

            «  Cet   état  de  choses   fait  règner   l’angoisse,   l’anxieté et l’insécu-

rité dans les nombreux ménages craignant d’être prit au dépouvu par la maladie justement le jour où ils ne sont pas en mesure d’y faire face.

Et pourtant, le plus grand mérite de votre régime, selon vous, n’est-ce pas la paix et la sécurité ?

Si la paix est grossièrement définie dans sa conception militariste comme étant l’absence de la guerre, elle ne couvre dans ce cas qu’une petite partie de la réalité soiale. En effet, un peuple peut vivre dans une situation caractérisée par la paix au sens militariste du mot sans pour autant être dans une situation de paix sociale réelle. Celle-ci exige une combinaison de facteurs qui permettent à la population d’éliminer l’anxieté, l’insécurité mentale, la crainte de surprise d’une maladie sans moyen d’y faire face, etc.

 

La vérité la plus élémentaire est que la population du Zaïre n’est ni dans une situation de paix ni dans un état de sécurité car, ni sa nutrition, ni sa santé ne sont pour elle des acquis sûrs ! Et la radio-trottoir ironise : « Paix retrouvée » n’est rien d’autre que « Faim retrouvée » et « mort revigorée » !

L’échec de votre politique de santé peut-il encore faire l’objet d’un doute ?

Tableau VI

               Tableau5

 3.5. L’habitation en régime du 24 novembre 1965

Ce chapitre de la situation de notre pays serait incomplet si l’on abordait le problème des conditions d’habitation du peuple zaïrois.

Sauf erreur de notre part, il n’existe, depuis l’indépendance, aucune politique d’habitat au Zaïre. Les institutions spécialisées qui œuvraient dans ce domaine, ont comme tant d’autres péri ou en voie de périssement par suite des détournements (Crédit aux Classes Moyennes, ONL, CENE, etc.).

Plusieurs villages et cités extra-coutumières zaïrois du temps colonial  n’existent plus que par leur nom : Mbandaka, Kananga et nous en passons. La multiplication des Zones de squatting et bidonvilles n’a de limite que la pauvreté des habitants.  Il suffit de regarder la dégradation de Kinshasa pour vous convaincre de la véracité de notre propos !

 

Citoyen Président-Fondateur,

En plus de cette politique de « douce négligence » de l’habitat et probablement à cause d’elle, vous avez favorisé des inégalités de tous genres dans l’équipement des habitations en nécessités de base.

Contrairement à la volonté du Manifeste de la N’Sele de voir disparaître l’injustice sociale dans tous les domaines de la vie nationale, on découvre qu’une infime minorité a deux ou plusierus habitations de luxe dont le style d’importation contraste honteusement avec les taudis qu’occupe la majorité du peuple.

A titre d’exemple, nous vous présentons le tableau ci-dessous relatif à l’équpement des Zones de Kinshasa en W.C., eau, et en pièces utilisables. La dernière colonne de ce tableau indique le pourcentage de la population de chaque Zone.

Il se dégage qu’à peine 24 % de la population dispose de toutes les habitations modernes de Kinshasa (W.C., eau, et 4,5 pièces !). Le reste d’habitants dispose à raison de 28 % de W.C., 5 % d’eau et à peine de 2 pièces utilisables.

Si l’on considère que la propriété de ces habitations revient aux 50 personnes dont question (ci-haut) ci-dessus (en grande majorité), l’on s’aperçoit que non seulement la population est démunie de toute habitation décente mais surtout qu’elle est mise en état d’une forte dépendance morale et soumise à des chantages du fait de l’absence d’une politique promotionnelle de l’habitat.

S’il est possible de résumer cet examen rapide de la situation sociale de notre pays, vous serez certainement d’accord avec nous sur les conclusions suivantes :

 

1)  votre   régime  a   engendré   une   stratification   politico-sociale   qui aboutit   au   remplacement   des   350   familles   belges   par  une   cinquan-

taine d’individus, membres de votre famille ou simples courtisans ;

2) votre régime a engendré la paupérisation affamante de la population zaïroise tout entière ;

3) la paupérisation a donné lieu à une malnutrition endémique dont les maladies de toutes sortes et la mort sont les conséquences quotidiennes ;

4° votre régime a négligé la santé publique et, pour mieux mâter et assujetir le peuple, lui a offert la musique et la danse à grands tintamarres.

 

            Tableau VI. – Habitation à Kinshasa (1)

 

            Zone                % W.C.            % Eau  Nombre                Population    En

                                                                                      Pièces          15 ans

                                                                                          Et plus

 

1. Résidentielle             99,4                 4,76      4,76          231 100          6

2. Citées planifiées       68,6                 4,28      4 ,28         750 100        18

3. Nouvelles cités         51,9                 2,62      2,62          776 100        19

4. Anciennes cités        37,3                 2,37      2,37          764 100        19

5. Extension  Sud                     13,6                 2,60      2,60          835 000        20

6. Excentriques              8,5                 2,76      2,76          739 100           18

    Ensemble                 36,7                 2,96      2,96          409 550           100

 

            Source

KASHALA TUMBA D. : « Contribution de la planification à l’élaboration d’un Politique de Santé Dynamique et Professionnelle en République du Zaïre » « Thèse de Doctorat, Louvain, Faculté de  Médecine-Ecole de Santé Publique (Louvain 1976) , p. 79.

Comme dans les domaines précédents, nous sommes bien malgré nous obligés de conclure à un échec de votre règne dans la politique sociale que vous avez menée dans notre pays.

Nous savons que vous n’aimez pas de voir étalées toutes ces vérités. Mais comment pourrait-on y remédier un jour si l’on ne prend pas entre deux mains le courage de le dire

 

4. Les forces armées zaïroises.

Cette démarche que nous considérons comme importante pour le bien et la grandeur de notre pays serait incomplète si nous ne disons pas un mot sur nos Forces Armées

Sans parler de leurs grands mérites durant la colonisation, et particulièrement de leur bravoure et de leur combativité au cours des deux dernières guerres mondiales, il est indéniable en effet, qu’au cours de ces 20 ans ans d’indépendance, nos Forces Armées n’ont cessé de donner le meilleur d’elles-mêmes : lutte pour l’unité du pays, lutte pour la défense et la sécurité des biens et des personnes.

En   dépit   de  certaines   critiques   qui  leur   sont   adressées   et  dont elles   ne  sont   pas  du   tout   responsables, et   en   dépit   des   moyens d’action souvent précaires, les FAZ ne demeurent pas moins une armée viable, empreinte d’un sublime sens patriotique.

Mais faut-il pour autant considérer que tout va comme dans le meilleur des mondes dans notre armée ?

Comme dans les autres secteurs de la vie nationale, l’armée zaïroise a aussi ses problèmes qui sont et qui doivent être considérés comme les problèmes intéressant la Nation tout entière.

S’il est admis, en effet, que la responsabilité suprême de l’armée est celle du Président de la République, Chef des Armées, il ne peut cependant pas se concevoir que l’armée soit, pour autant, une « chasse-gardée », un domaine exclusivement réservé au Président de la République.

Car, dans ce monde moderne, où les formes d’agression se sont diversifiées et vont du conflit nucléaire à la guerre économique, des conflits frontaliers pour des jeunes nations de l’Afrique à l’intimidation, la notion de la défense présente désormais un caractère général qui ne se réduit pas à ses aspects proprement militaires. Le caractère interdépartemental de la défense devient dès lors évident et le soutien de l’ensemble de la population indispensable.

Or, le fossé entre l’armée et la population s’élargit chaque jour davantage. Leurs rapports réciproques sont plutôt faits de la méfiance que de la collaboration et de l’estime mutuel.

Depuis la colonisation jusqu’à l’indépendance, l’armée nationale s’est toujours présentée comme un corps véritablement national, c’est-à-dire représentatif en nombre plus ou moins égal des ressortissants de toutes les régions du pays. Elle jouissait de l’estime réel et même de l’admiration de la population.

Cet équilibre régional s’est trouvé un peu bouleversé par la nécessité ressentie comme solution de la concorde nationale d’absorber les éléments provenant des sécessions de Kisangani, du Shaba et du Sud-Kasaï. Et il était normal, dans les années d’après, de redonner à notre armée son caractère national, de manière à sécuriser l’ensemble de la communauté zaïroise. Nous pensons que cette tâche  a été accomplie.

Mais depuis un temps, Citoyen Président-Fondateur, nous avons l’impression que notre armée est de nouveau en train de perdre son caractère national.

En effet, non seulement le recrutement pour le renouvellement ou l’augmentation des effectifs se poursuit en dehors des régions du Shaba et de deux Kasaï, mais aussi le Bandundu et particulièrement le Kwilu. Cette dernière région est venue rejoindre le rang des régions « indexées » après les derniers événements du Kwilu.

Déjà   susceptible  d’engendrer   de   la   méfiance,   cette   politique   a néanmoins  abouti  à   la   naissance  et   à   la   constitution   des unités homogènes    telles :  la   DITRAC  (Division  des  Troupes   Aéroportées   et   de   Choc,  disssoutes   en   1977)   et   de   la   DITEL   (Division   des   Troupes Blindées) dont les éléments sont  presque à 100 % originaires de l’Equateur. S’il y a des ressortissants d’autres régions dans ces unités d’élite, ils y sont en nombre insigifiant et s’y sentent comme des étrangers.

Il en va de même de l’Ecole de Formation d’Officiers installée à Kananga où la présence des originaires des régions dites « indexées » est insignifiante ou pratiquement nulle. Si cette politique est payante pour la pérénité de votre régime, elle ne demeure pas moins compromettante, à plus ou moins longue écheance, pour la paix, la cohésion et l’unité nationale.

En effet, les faits de l’armée étant susceptibles de répercussions dans la population, il faut se gader, croyons-nous, de donenr à penser que vous êtes en train de créer une milice afin d’aboutir à la consécration effective d’un Etat Policier. En ces matières, l’Histoire est si riche d’enseignements que nous nous permettons de vous conseilelr d’y renoncer.

Combattant de l’unité dans la fraternité, notre vœu est que l’Histoire de notre pays, consacre un jour votre nom comme celui d’un Chef qui a véritablement façonné et renforcé l’unité du pays et la concorde au sein de toutes ses populations. Ne sont-ce pas là aussi les options fondamentales du MPR ?

 

4.1. Formation et discipline

La formation actuelle des troupes et des officiers, formation axée sur la quantité et non la qualité remet en cause l’efficacité même de l’armée tant du point de vue de la discipline que du point de vue technique et tactique.

L’armée zaïroise est probablement la seule au monde à bénéficier d’une assistance technique multiforme. Les officiers formés à Kananga reçoivent une formation du type belge. Il y en a qui sont formés par les Français, des Chinois, des Coréens, etc. C’est aussi vrai pour les hommes de troupes.

Cette formation hétérogène et disparate tant dans le fond que dans la forme conduit inévitablement à la naissance des groupements antagonistes se réclamant qui de la supériorité des Américains, qui de l’efficacité des Coréens, qui de la mobilité et de la précision dans les actions des Belges, etc., etc.

L’on,ne peut pas nous convaincre que les représentants de ces différents pays qui sont penchés sur la formation de nos officiers et de nos hommes de troupes ne cultivent pas, même incosciemment cet orgueil par ailleurs compréhensible. Mais les conséquences c’est que, au fil des temps, cette situation finira par :

détruire la discipline et la cohésion, facteurs primordiaux du patriotisme au sein de l’armée ;

rendre l’armée réceptive des  pressions et sollicitations extérieures ; affaiblir la capacité d’organisation adaptée aux objectifs de la défense et aux réalités nationales.

En effet, l’hétérogénéité des éléments qui composent aujourd’hui l’armée, le tribalisme et le régionalisme qui y règnent, sans parler du virus politique que vous y avez inoculé, la formation disparate, la diversité d’uniformes correspondant au nombre d’armées étrangères qui nous prêtent assistance, enlèvent toute possibilité de cohésion, tout sentiment de patriotisme, de sécurité, et d’assurance aux FAZ.

Cette différence est remarquée par les hommes de la rue dont les supputations vont jusqu’à conclure à l’existence des deux espèces d’armée, celle qui vous entoure étant plus nantie que le reste des FAZ. Toujours selon la radio-trottoir, ces derniers, les FAZ donc, ou du moins la plupart de ses éléments, seraient souvent dans l’obligation d’acheter eux-mêmes leur tenue, y compris le béret.

Nous savons bien que vous tenez au bien-être, même vestimentaire de nos FAZ en général que pour tolérer l’existence d’une discrimination, même camouflée entre les différents corps d’armée qui composent les FAZ.

Nous savons combien vous êtes allergique à la franchise et à la vérité. Mais ayant librement accepté la responsabilité de diriger notre pays, vous deviez cela va de soi – vous attendre un jour à ce genre de réaction. Voilà quinze ans que nous vous obéissons.

Que n’avons-nous pas fait durant ce temps, pour vous être utile et agréable, chanter, danser, animer, bref, nous sommes passés par toutes sortes d’humiliations, toutes les formes d’avilissements que même la colonisation étrangère ne nous avait jamais fait subir.

Tout cela pour que rien ne manque dans votre combat pour la réalisation, ne fût-ce qu’à moitié, du modèle de  société que vous nous aviez proposé. Y êtes-vous parvenu ? Hélas ! non !

Après ces quinze ans de pouvoir que vous avez exercé sans partage, nous nous trouvions en présence de deux camps absolument distincts. D’un côté, quelques privilègiés scandaleusement riches. De l’autre, la masse du peuple croupissant dans la misère noire, et ne comptant plus que sur la charité internationale pour survivre tant bien que mal. Et quand cette charité arrive au Zaïre, les mêmes riches s’arrangent pour la détourner au détriment des masses misérables !

Oui, cette désinvolture a été tellement loin qu’on ne s’est pas gêné de détourner les rations destinées à nos propres troupes qui combattaient au shaba. Vous l’aviez publiquement reconnu dans un meeting au Stade du 20 mai.

Tout   cela   étant, nous   voulons   d’abord    réaffirmé   notre opposition à  la  violence, et   notre foi   dans   la   possibilité  de  trouver, par le  dialogue, dans   le  respect  mutuel, des   solutions  pacifiques et susceptibles   de   sauvegarder   l’unité   nationale, la   paix   nationale, l’intégrité de notre territoire et, surtout, des solutions qui privilégient et stimulent le sentiment de fraternité sans lequel il est impossible de bâtir cette grande nation au cœur de l’Afrique.

 

5. CONCLUSION

Tout au long de cette lettre, nous avons essayé de démontrer combien vous avez, sans motif apparent et sans même ,nous en avoir préalablement informés, abandonné les engagements contenus dans votre profession de foi formulé lors du coup d’Etat du 24 novembre 1965.

De cette démonstration, il est apparu que les maux socio-économiques qui, à juste raison, vous avaient incité à faire le coup d’Etat, n’ont pas été combattus, bien au contraire, la situation s’est dégradée encore plus gravement au point d’être considérée aujourd’hui comme déséspérée. Et cela, en dépit de la paix retrouvée, en dépit de l’absence de tiraillements politiques, et malgré les moyens internes et externes autrement plus importants dont vous avez eu à disposer.

Sur le plan du Parti, le MPR, nous avons aussi démontré que vous vous êtes délibérement écarté de la doctrine et des options fondamentales dont vous étiez vous-même l’auteur. Et ce n’est pas parce que le MPR s’est institutionalisé, qu’il s’est attribué des privilèges constitutionnels, qu’il doit se  croire délié des obligations impératives qu’il a contracté vis-à-vis du peuple. Cette même Constitution n’autorise nullement le Président-Fondateur à dévier de la doctrine et des idéaux du MPR, Seul le Congrès a le pouvoir de modifier, le cas échéant, les options fondamentales du MPR telles qu’elles sont définies dans le Manifeste de la N’Sele. Or, que nous le sachions, aucun Congrès n’a jamais touché à ces options fondamentales.

Sur le plan constitutionnel : l’exposé des motifs de notre Constitution stipule, en page 9 : « La formule du serment constitutionnel du Président du Mouvement Populaire de la Révolution, Président de la République, a été élargie afin d’y inclure l’obligation de poursuivre et sauvegarder en toutes circonstances, la doctrine et les idéaux du MPR, mission dont la violation pourra entraîner la destitution pour déviationnisme. »

En page 10, l’exposé des motifs dispose :

 « Le bureau Politique est réaffirmé comme étant l’organe de conception, d’inspiration, d’orientation et de décision du MPR, chargé spécialement de veiller au respect des options fondamentales du MPR et à l’application des résolutions du Congrès. »

La Constitution est encore plus explicite lorsque son exposé des motifs poursuit toujours en  page 10 :

 « C’est à ce titre qu’il est (le Bureau Politiquie) investi au nom de la nation de la mission de veiller sur la doctrine du MPR.

Certes, en réalité, c’est le peuple qui, est le véritable dépositaire et garant du mobutisme et le Bureau Politique n’exerce cette mission que par délégation du peuple. »

Le Bureau Politique ayant failli à sa mission ou s’étant trouvé dans des conditions morales telles qu’il n’a pu l’exercer, le peuple souverain que nous représentons a le droit de prendre ses responsabilités. C’est la raison d’être de cette lettre.

Dans son préambule, la Constitution proclame sa conviction aux options fondamentales du MPR telles que définies dans le Manifeste de la N’Sele.

En effet, si au départ le Manifeste de la N’Sele est l’œuvre du MPR, le contenu de celui-ci devient sacré dès l’instant où il est globalement adopté par la Constitution et admis comme faisant partie intégrante de celui-ci. Exactement de la même façon que le texte intégral de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à laquelle la Constitution proclame également son adhésion.

Et pour préciser davantage la référence faite aux options fondamentales du Manifeste de la N’Sele, la Constitution épingle explicitement ces objectifs impératifs à la réalisation desquels les gouvernants doivent s’atteler, sous peine, bien sûr, de perdre leur légitimité et de subir la sanction du peuple :

 « Mû par la volonté de garantir l’unité et l’intégrité territoriale, d’assurer à chacun le bien-être matériel et de créer les conditions propîces à l’épanouissement moral et spirituel de tous les Zaïrois. Convaincus que seule ma mobilisation des masses, sous l’égide du MPR permet au peuple Zaïrois de garantir son indépendance politique, économique, sociale et culturelle. »

De ces obligations du MPR et de l’Etat, ont découlé les articles suivants de la Constitution :

Art. 27 : « tout Zaïrois a le droit et le devoir de contribuer, par son travail à la construction et à la prospérité de la Nation. Nul ne peut être lésé dans son travail en raison de ses origines, de son sexe ou de ses croyances, etc ».

Art. 28 : « Tout Zaïrois a la responsabilité de la bonne marche des activités du MPR. A ce titre, il a le devoir, par une vigilance de tous les instants, de soutenir la révolution, d’en défendre les acquis et de sauvegarder l’unité nationale et  l’intégrité du territoire. »

Notre constat dans les pages qui précèdent a démontré que ni le bien-être matériel ni les conditions propices à notre épanouissement global dont il est question dans le préambule de la Constitution ne sont pas garantis, loin s’en faut.

Bien plus, et malgré toute la mobilisation dont le peuple a fait montre autour et sous l’égide du MPR, notre indépendance politique et économique est malheureusement compromise.

En effet, comment voulez-vous qu’un pays qui a un endettement extérieur aussi lourd, un pays qui est acculé à la mendicité puisse encore se gargariser d’être économiquement et politiquement indépendant ?

 

Citoyen Président-Fondateur,

Cette analyse froide démontre qu’un problème grave se pose à notre société. Vous avez souvent dit qu’un vrai chef est celui qui reconnaît ses erreurs. Vous l’avez souvent fait, mais le drame, c’est que vous n’en tirez pas toujours toutes les conséquences. Et le pire c’est que vous faites un pas en avant et trois pas en arrière. De sorte qu’au lieu d’avancer, nous reculons.

 

Citoyen Président-Fondateur,

Pour terminer, laissez-nous vous dire qu’elle est illusoire et autodamnation l’immortalité que vous voulez  créer à tout prix et de force, en confisquant les pouvoirs, en entourant votre personne d’une auréole divine, en donnant votre nom ou ceux des vôtres à nos avenues et nos stades, etc.

En effet, c’est seule l’histoire qui peut valablement et durablement consacrer l’immortalité d’un homme tel que nous enseigne la sagesse de la bible (cf. Ecclésiaste, ch. 2).

En quinze ans de règne sans partage, entouré la plupart du temps d’autres « hommes-seuls » nommés par vous, souvent ne représentant qu’eux-mêmes, parfois étrangers à notre pays, vous nous avez amené à travers un tunnel dont vous êtes le seul à entrevoir le bout dans un véritable gouffre.

Pis, en refusant systématiquement par toutes sortes d’artifices de démocratiser réellement le pays et les institutions, en imposant un unanimisme de façade qui ressemble de plus en plus à une paix de cimetière, vous avez interdit à notre peuple le nécessaire apprentissage de la démocratie, de la libre et pacifique confrontation d’idées différentes dans un esprit d’émulation constructive.

La conséquence la plus visible à ce jour a été l’exil ou le recours aux armes pour bon nombre de nos compatriotes comme seul moyen d’expression politique. Mais la pire conséquence de votre régime éteignoir de la démocratie c’est qu’après vous, le pays risque de connaître un chaos politique et social plus grand encore que celui auquel votre avènement prétend avoir mis fin, le peuple n’ayant plus été habitué à participer à un débat contradictoire et les élites n’ayant guère appris à confronter leurs vues paisiblement et dialoguer avec leurs peuples.

Peut-être avez-vous encore le temps d’infléchir le cours des événements dans un sens favorable.

 

Citoyen Président-Fondateur,

Le Zaïre appartient aux 25 millions des Zaïrois. Les millions que nous croyons représenter légitimement ou qui sympathisent avec nous, sont d’avis qu’un changement profond et immédiat doit s’opérer dans notre société, avant qu’il ne soit  trop tard.

Ce  changement   implique    la   refonte   complète des   structures   du pays, la   jouissance   effective   de   toutes   les   libertés   politiques   et démocratiques, principalement la liberté d’association et la  liberté de presse.

Pour être valables et durables, ces réformes ne peuvent intervenir qu’à l’issue d’un débat national  réunissant autour d’une même table non seulement les élus du peuple, mais aussi les représentants des différentes opinions politiques, où qu’ils se trouvent, désignés librement par les groupes qui les délèguent

Mais d’ores et déjà nous avons la certitude que si le Pouvoir les laisse s’exprimer librement, l’immense majorité de nos compatriotes réclameront, par leurs délégués, une réforme politique profonde mettant en œuvres les princpes suivants :

La raison d’être de l’Etat Zaïrois, c’est l’épanouissement et le bonheur, non pas d’une poignée d’hommes, mais de tous les Zaïrois.

Tout Zaïrois doit être réellement protégé dans sa personne et dans ses besoins contre l’arbitraire du pouvoir.

La Constitution et les lois du Zaïre doivent s’imposer effectivement à chacun, quels que soient sa fonction et son rang social.

L’organisation politique de notre pays doit reposer sur un consensus réel (et non seulement déclaré) de notre peuple et répondre aux aspirations profondes de nos masses. Cela n’est possible que s’il s’instaure au Zaïre une démocratie effective.

La démocratie ne deviendra effective au Zaïre que si la représentation de notre peuple dans les organes politiques de l’Etat s’opère par des personnes librement élues par le peuple.

Il faut que cessent  la centralisation à outrance et la concentration des pouvoirs entre les mains d’une seule personne.

Les pouvoirs doivent être répartis, avec des rôles précis, entre les différents organes politiques de l’Etat, dans le cadre que fixera la Constitution.

De la base au plus haut sommet, le contrôle de tous les organes de l’Etat doit être organisé de manière à devenir effectif et efficace

L’Exécutif en son entier doit être soumis à un contrôle réel du Conseil Législatif, organe élu du Peuple (notons, à ce propos, que tout homme de bonne foi doit reconnaître que le Conseil législatif s’est trouvé soutenu à fond par l’opinion publique lorsque cet organe s’est appliqué à exercer sur les membres de l’Exécutif son pouvoir normal et constitutionnel de contrôle).

La démonstration réelle du régime et la sauvegarde effective des droits de l’homme postulent la libération dans le domaine des « mass media ». La presse, la radio et la télévision zaïroise doivent être au service de tous les Zaïrois. Pour qu’elles cessent d’être au service d’une oligarchie, il faut un pluralisme dans les « mass media ». D’autre part, le mensonge ne peut être combattu que par la contradiction, ce qui justifie aussi l’instauration de ce pluralisme.

 

Lettre signée par les commissaires du peuple suivants :

 

(1) NGALULA  MPANDANJILA              (2) TSHISEKEDI wa MULUMBA

                        sé                                                                   sé

(3)               MAKANDA

      MPINGA  SHAMBUYI                                 (4) KAPITA  SHABANGI

                        Sé                                                                   sé

(5)                 KIUNGU                          (6)                   LUMBU

            wa KUMWANZA                                                 MALOBA  NDIBA

                        sé                                                                   sé

(7) KANANA  TSHONGO                                  (8) LUSANGA  NGIELE

                        sé                                                                   sé

(9) KASALA  KALAMBA                                   (10)     BIRINGANINE

                                                                                  MUGA RUGA

                        sé                                                                   sé

(11) DIA ONKEN AMBEL                                  (12)  NGOY  MUKENDI

                        sé                                                                   sé

(13)  MBOMBO  LONA

                        sé

           

Laisser un commentaire