Femmes Fortes | femmes

Princess Erika : « le VIH est tabou chez les femmes migrantes »

Princess Erika : « le VIH est tabou chez les femmes migrantes »

Afrik.com est allé à la rencontre de la chanteuse Princess Erika, qui participait à une réunion d’information sur les femmes et le VIH à Paris. Elle revient avec nous sur les raisons de son engagement et sur la situation des femmes séropositives en France et en particulier des migrantes.   Afrik.com : Pouvez-vous revenir sur votre participation à une réunion d’information, la semaine dernière, sur le thème « Femmes et VIH en France : quelles réalités aujourd’hui ? Princess Erika : On m’a demandé d’être la marraine de ce projet, j’ai accepté. J’ai été sensibilisé à la question du VIH quand j’ai participé à fonder l’association « Les voix de l’espoir ». J’ai pu rencontrer des femmes africaines et maliennes qui m’ont notamment sensibilisé aux problématiques du VIH et des femmes. J’ai découvert beaucoup de choses sur la situation des femmes séropositives et en particulier les migrantes. Leur détresse, l’omerta autour de cette question m’a beaucoup surprise. Leur situation s’est dégradée en France. La communauté homosexuelle avait fait avancer la lutte...

La Sœur Angélique Namaika reçoit le prix Nansen du HCR pour l’aide aux réfugiés

La  Sœur Angélique Namaika reçoit le prix Nansen du HCR pour l’aide aux réfugiés

 Angélique Namaika, religieuse du diocèse de Dungu, a reçu  le Prix Nansen du HCR, lundi 30 septembre dernier à Genève. Elle a été accompagnée par Céline Schmitt, porte-parole de la Représentation régionale du HCR/RDC. Le prix Nansen 2013 remis par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a été décernée à sœur Angélique Namaika, Une  Congolaise de 46 ans qui travaille auprès de femmes souvent victimes de sévices infligés par des groupes armés, au nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) Sœur Angélique Namaika, dirige le Centre pour la réintégration et le développement de Dungu, dans la Province orientale, région minière tourmentée par des milices. Depuis 2003, elle a recueillie plus de 2 000 femmes et jeunes filles qui avaient été chassées de chez elles et brutalisées, notamment par l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony, recherché par la Cour pénale internationale (CPI). Cette religieuse  de grand cœur donne la possibilité à des nombreuses  femmes et jeunes filles  d’apprendre...